La véritable légende de Bloody Mary

La légende de Bloody Mary (la Vierge sanglante) veut que lorsqu’on est dans une pièce sombre, devant un miroir éclairé à la chandelle et que l’on prononce “Bloody Mary” treize fois de suite, un visage de femme ensanglanté fasse son apparition dans le miroir pour parfois s’attaquer à ceux qui l’ont appelé.

Plusieurs façons différentes d’invoquer cette mystérieuse femme semblent d’ailleurs exister. La façon la plus populaire reste quand même la suivante. Enfermez-vous dans une salle de bain munie d’un grand miroir, y éteindre les lumières pour s’y retrouver dans la noirceur complète et allumer deux bougies que l’on placera de chaque côté du miroir.


Fixez des yeux le miroir très attentivement, directement vers votre propre réflexion. Débutez ensuite à prononcer à voix très basse et très douce, voire presqu’invitante, le nom de “Bloody Mary” puis commencez à tourner sur vous-même. Tout en continuant de tourner, prononcez le nom de l’esprit de plus en plus fort, presque comme dans un chant, pour que la treizième fois, vous l’imploriez, presqu’en criant. À chaque tour sur vous-même, fixez le miroir en passant. Au treizième tour, votre réflexion sera maintenant celle de la Vierge sanglante.

Qui est Bloody Mary ?

À ce que l’on dit, elle est vraiment effrayante; son visage est recouvert de sang et ses mains cherchent à vous prendre. Pour quelques croyants, cette femme ne veut que vous effrayer en bondissant de l’avant, vers vous. D’autres affirment que la Vierge sanglante vous attaque littéralement, vous laissant vous aussi en sang si vous ne réussissez pas à vous enfuir.
Cette légende a tellement été prise au sérieux qu’en 1978, aux États-Unis, la folkloriste Janet Langlois décida d’écrire un essai sur cette histoire. On l’utilise encore dans certains cours universitaires sur les légendes urbaines en Amérique.
Le film d’horreur “CANDYMAN” est d’ailleurs basé sur cet essai.

Une autre croyance, adaptée pour les plus braves, est celle de provoquer l’apparition de Bloody Mary en ajoutant à son nom la phrase suivante: “Bloody Mary, I killed your baby!” (Vierge sanglante, j’ai tué ton enfant). Cependant, on raconte qu’une telle invocation provoque une attaque immédiate de l’entité. Une attaque sauvage et sans merci.

Plusieurs pensent que Bloody Mary est la Vierge Marie en personne venue vous avertir de ne pas jouer avec son nom, ni le nom de son Fils, Jésus. D’autres racontent qu’elle serait une sorcière jadis brûlée vive par les habitants de son village pour sorcellerie et que quiconque invoque son nom en vain sera frappée par la malédiction par laquelle elle menaça ceux qui l’ont brûlée. Une minorité disent que c’est l’esprit d’une femme décédée avec son fils dans un accident d’auto quand la voiture s’enflamma, laissant sans vie la mère et le petit.
La dame décida de vivre à jamais dans les miroirs, pour se venger de ceux qui ont tué son enfant.
Tant d’histoires, laquelle croire?

La légende Urbaine, son origine

La légende de Bloody Mary est intéressante à plusieurs points : elle regroupe en effet les meilleurs ingrédients pour être une légende urbaine.
En premier lieu, son origine est floue et il existe plusieurs façons d’invoquer l’entité pour différents résultats. Sans base solide ou ancrage historique, elle peut allègrement être déformée, modifiée, allégée ou au contraire enrichie de détails plus ou moins morbides. Elle se construit donc au gré des personnes qui en parlent, notamment sur Internet mais toujours avec la même base.
Cette base est très simple, elle se compose d’éléments que l’on retrouve facilement dans le folklore occidental (au sens large du terme) :

– La nuit, l’obscurité, plus propices aux apparitions que le jour
– Les bougies, accessoire indispensable dans la majorité des rituels magiques
– Le miroir, perçu comme une porte, un passage vers le monde des esprits

L’apparition de Bloody Mary

Quant à l’apparition supposée de Bloody Mary, on peut avancer une hypothèse rationnelle.
Se tenir dans le noir, éclairé seulement de bougies, seul avec son propre reflet place l’invocateur dans une atmosphère « tendue ». Les ombres changeantes dans une lumière tamisée due aux bougies rajoutent à cette ambiance assez sombre. De plus, répéter plusieurs fois le même nom à différents rythmes altère la respiration, sans compter le fait de tourner sur soi-même qui donne le tournis.

On peut supposer qu’à la fin d’un tel rituel, les personnes les plus impressionnables peuvent voir leur reflet déformé dans le miroir mais dans la confusion l’apparition d’une tierce personne.

A tout ceci s’ajoutent de petites anecdotes (dont la véracité n’est pas démontrée) qui rendent le rituel plus terrifiant encore.

On trouve ainsi l’histoire d’une fille qui aurait dit à la fin du rituel « Bloody Mary, je ne crois pas en toi » et qui aurait eu la hanche cassée en sortant de la salle de bain, une autre serait restée traumatisée en hôpital psychiatrique ou encore l’histoire d’une vieille femme qui aurait affirmé que le rituel ne marchait pas avant d’être retrouvée poignardée le lendemain.

2 Commentaires

  1. J’adore les histoires qui font peur, mais celle là fait flipper, j’avoue que j’ai pas vraiment de pronostique à propos de du fameux fantôme de bloody mary, je ne sais pas s’il faut y croire où non moi perso j’y crois mais bon c’est vrai que c’est compliquer à pronostiquer je n’ai pas d’avis l’a dessus

  2. Bloody mari elle avait quel âge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*