Accueil Blog Page 3

Terrible cas d’exorcisme d’Anneliese Michel

0

ATTENTION, cette vidéo est terrifiante !!!

Qui n’a pas entendu parler du fameux film de Scott Derrickson, « L’exorcisme d’Émilie rose » et du film de Hans-Christian Schimd, « Requiem ».
Ses deux films ont été inspirés de la vie tragique d’une jeune femme, Anneliese Michel. Une jeune Allemande que rien ne prédisposait à devenir l’égérie des films d’exorcisme de nos jours.

Anneliese est né en 1952 dans une petite ville d’Allemagne à Klingenberg, elle mena d’abord une vie paisible et pieuse parmi ses parents et ses trois sœurs.

Un jour de 1968 Anneliese fut traversée de tremblement et se retrouva subitement dans l’incapacité de contrôler son corps.
Les crises s’intensifièrent avec le temps, les parents paniqués font appel à un neurologue qui diagnostique une épilepsie et qui la fait admettre à la clinique psychiatrique de Wurtzbourg.

A lire aussi : Les 10 cas de possessions et d’exorcismes les plus effrayants

L’Exorcisme d’Anneliese Michel

Mais le traitement n’a aucun effet, les crises d’Anneliese s’intensifie, des crises de plus en plus violentes où elle perd l’usage de la voix et le contrôle de son être.

La jeune femme se prétend être témoin d’images démoniaques durant ces prières, victime de voix incessantes et hérétiques.
Au début de l’année 1973, les parents face à la détresse de leur fille et à l’impuissance de la médecine font appel à plusieurs prêtres afin d’exorciser leur enfant.

Les prêtes refusent et conseillent à Anneliese Michel de continuer à suivre son traitement. (Anneliese Michel ne répondait pas aux caractéristiques des cas de possessions, elle ne parlait pas de langues qu’elle n’avait jamais apprise durant ses crises, n’avait aucun pouvoir surnaturel et ne ressentait aucune gêne face à des objets religieux).

L’état d’Anneliese empire, durant ces crises elle met sa famille face à une violence de plus en plus insupportable.
Insultes, coups, morsures, Michel ne contrôle plus rien.

Les parents sont paniqués et impuissant. Anneliese refuse de s’alimenter, mange des insectes, dort a même le sol, hurle toute la journée, brise les crucifix de sa chambre et détruit toutes les représentations de Jésus.

Anneliese se dit sous la coupe de démons qui mènent sa vie et son corps.
En 1975, le clergé après avoir reconsidéré son cas autorise enfin un exorcisme, elle sera exorcisée sur le rituel romain.

Selon l’enquête du clergé, Anneliese est possédée par plusieurs démons, dont celui de Lucifer, qui se manifestent à travers elle.
Le père Arnold Renz et le Pasteur Ernst Alt sont alors désignés pour s’occuper d’elle. A partir de ce moment-là, on pratique sur Anneliese un ou deux exorcismes par semaine, il faut parfois l’aide de trois hommes pour maitriser Anneliese durant ses crises quand on ne l’attache pas.

Anneliese pu reprendre un semblant de vie, retourna à ses études, mais les crises continuent et la jeune femme refuse toujours de s’alimenter.
Dans un état physique de plus en plus dramatique ses nombreuses génuflexions provoquent une rupture au niveau de ses genoux, la situation se détériore inexorablement.


Quarante cassettes audio furent enregistrées durant ses nombreuses séances d’exorcisme afin de garder une trace de son calvaire.


Le 30 juin 1976, exténuée, Anneliese souffre d’une pneumonie et subit son dernier exorcisme. Durant cet exorcisme enregistré, Anneliese succombe à ses démons et meure le lendemain, le 1 juillet 1976.

Les parents et les prêtres sont condamnés en 1978 à 6 mois de prison avec sursis après l’enquête d’un procureur, pour négligence ayant entraîné la mort (les médecins affirmèrent qu’elle était épileptique et psychotique).

Pour beaucoup de gens le nom d’Anneliese Michel évoque le nom d’une femme qui s’est battu avec le diable, sa tombe est devenue un lieu de pèlerinage.

Cette vidéo montre des photos d’Anneliese Michel ainsi qu’un extrait sonore d’une séance d’exorcisme pratiquée sur elle.

Les 10 cas de possessions et d’exorcismes les plus effrayants

0

Les cas de possessions démoniaques et exorcismes sont souvent rattachés à la fiction et aux films d’horreur. Le plus célèbre d’entre eux étant surement L’Exorciste !

La possibilité d’être possédé par un démon est une croyance très ancrée dans toutes les religions. Dans la bible chrétienne vous retrouverez plus de 30 allusions à la possession démoniaque ou à la chasse aux démons. L’histoire raconte que la plupart des religions traitaient les cas de possessions par des prières, des rituels ou encore des sorts qui servaient à chasser le démon du corps de la victime.

Vous allez voir dans ces 10 cas de possessions démoniaques vraiment effrayants, des témoignages troublants de victimes elle-même et de témoins. La question de la véracité des témoignages et des cas de possessions se pose. Maladie mentale, canulars ou vraie possession maléfique, à vous de juger.

Nous ne disposons pas de photos pour tous les cas, c’est pourquoi, vous verrez des photos d’illustrations pour certains d’entre eux.

1- Roland Doe ou Robbie Mannheim

Commençons fort !  L’histoire de Roland Doe est connue pour être l’histoire réelle qui se cache derrière le roman et le film L’Exorciste.

Roland Doe est un pseudonyme attribué par l’église pour protéger l’identité et la vie privée de ces victimes, le vrai nom de Roland Doe est Robbie Mannheim.

L’histoire raconte que la tante de Roland lui aurait offert une planche de Ouija et qu’à sa mort, le garçon aurait tenté de contacter sa défunte tante à l’aide de cette planche. Malheureusement, cet acte aurait ouvert une porte et laissé entrer les démons.

Les premiers signes de possession ont été des bruits étranges comme des gouttes d’eau qui tombaient alors que les robinets étaient fermés, des rires ou encore des objets religieux qui tremblaient. Ensuite, les démons ont passé un cap, les objets religieux ont été vus en train de voler, des traces inexpliquées et des bruits de grattage ont été entendus autour de la maison. Des rayures ont commencé à apparaître sur le corps de Roland, y compris des mots qui semblaient être sculptés dans la chair par des griffes invisibles.

Le garçon s’est mis par la suite à parler dans des langues anciennes d’une voix gutturale et à léviter dans l’air, le corps tordu de douleur.

La famille a donc appelé un prêtre qui a affirmé que le garçon était possédé par des esprits maléfiques, après avoir passé une nuit à l’observer. Le prêtre a été gravement blessé durant la première tentative d’exorcisme. L’histoire raconte que ce sont 3 prêtres catholiques, William S. Bowdern, Walter Halloran, et William Van Roo, qui ont proposé leur aide pour débarrasser l’enfant de ses démons.

Le rituel d’exorcisme a été effectué plus de trente fois en deux mois, Roland a blessé à de nombreuses reprises les prêtres. Quand le rituel fut terminé , l’ensemble des témoins ont entendu un énorme cri d’angoisse bestial et raconte qu’une horrible odeur flottait dans l’air.

A lire aussi : Les 10 disparitions les plus mystérieuses

2- Clara Germana Cele

L’histoire se déroule en 1906, Clara Germana Cele, était une étudiante chrétienne à la Mission St Michael à Natal en Afrique du Sud. A l’âge de 16 ans, Clara dit avoir fait un pacte avec le diable. Quelques jours après avoir fait ce pacte, Clara a commencé à avoir des pulsions étranges, elle était repoussée par les objets religieux et pouvait parler différentes langues qu’elle n’avait jamais apprises. Elle dit même être devenue clairvoyante.

Les sœurs de la Mission St Michael racontent avoir vu et entendu Clara arracher les barreaux de son lit et faire des cris d’animaux horribles. Plus d’une centaine de personnes témoignent avoir vu Clara léviter. Deux prêtes ont donc effectué un rituel d’exorcisme. Rituel autour duquel Clara a essayé à de nombreuses reprises d’attaquer les prêtres, elle a même tenté d’étrangler un prêtre avec son étole. L’exorcisme a duré deux jours et Clara a enfin pu être libérée des démons qui la possédaient.

3- David Berkowitz aka « Fils de Sam »

New-York, 1976. Les New-yorkais sont terrorisés par un tueur en série connu sous le nom du « Fils de Sam ». Il a tué 6 personnes et en a blessé gravement 7 autres durant le « Summer of Sam ».

Pendant plus d’un an, le « Fils de Sam » a baladé les policiers sur une fausse piste. Quand il a enfin été appréhendé, le fils de Sam a été identifié comme étant David Berkowtich.
Ce dernier a avoué les meurtres et a affirmé qu’un démon le lui avait ordonné. Il avoue cependant ne pas être lui-même possédé mais que le chien de ses voisins, lui, était possédé, et que c’est lui qui lui avait ordonné de tuer.
Berkowitz a été condamné à perpétuité et dans les années 1990, il a modifié ses aveux, avouant qu’il faisait partie d’une secte satanique, et que les meurtres qu’il avait commis faisaient partie d’un rituel.

4- George Lukins

C’est en 1778, que George Lukins, un tailleur anglais prétend avoir été possédé par un démon. George chantait et parlait souvent d’une voix et d’une langue qui n’était pas la sienne. Les voisins de ce dernier de plus en plus effrayés par ce comportement ont fait appel à l’église pour aider ce pauvre George.

George Lukins a été envoyé à l’hôpital pendant plus de 20 mois, aucun médecin n’a pu l’aider et les soignants étaient tous convaincus que le mal qui le rongeait était de nature démoniaque. George Lukins aurait affirmé (durant la période où il était possédé) qu’il était le diable, il était devenu très violent, poussait des cris d’animaux et chantait des hymnes anciens.

L’exorcisme a été pratiqué par 7 prêtres à Temple Church pour chasser les 7 démons qui possédaient George. Une fois la cérémonie terminée, George se serait écrié « Bénit soit Jésus » et aurait récité la prière du seigneur.

5- « Julia »

En 2008, le Dr Gallagher, un psychiatre et professeur en psychiatrie clinique certifié au New York College s’est penché sur le cas de « Julia », une patiente qui serait possédée par un démon. Il est rare de voir un scientifique étudier un cas de possession, pensant souvent que les cas de possessions sont soit frauduleux soit liés à une maladie mentale.

Le Dr Gallagher a donc étudié et observé Julia. Au cours de ces observations le docteur a vu des objets voler autour de la salle, il a également vu Julia léviter au-dessus du lit et l’a entendu parler dans une langue inconnue. Elle aurait même su des choses sur les gens autour d’elle qu’elle ne pouvait pas savoir normalement.

Voici un extrait de la déclaration du Dr Gallagher :

« Périodiquement, en notre présence, Julia entrait dans un état de transe ». « Personne mentalement troublée souvent« dissociée», mais les transes de Julia étaient accompagnées d’un phénomène inhabituel: de sa bouche venaient diverses menaces, insultes et un langage scatologique, des phrases comme « Laisse-la tranquille, espèce d’idiot », »Elle est à nous « , » Partez , imbécile de prêtre », ou simplement « Partez ».
Le ton de la voix de Julia était très nettement différent. Elle parlait parfois d’une voix gutturale et vaguement masculine ou alors très haut perchée. La plupart de ses commentaires au cours de ces «transes» ou lors des exorcismes effectués, affichaient un mépris marqué pour tout ce qui concernait le religieux ou le sacré.

6- Michael Taylor

Michael Taylor et sa femme étaient un couple très religieux vivant dans un petit village en Angleterre. Le couple a rejoint un groupe de prières mené par Marie Robinson. Lors d’une réunion en 1974, Christine Taylor, la femme de Michael, a accusé ce dernier d’avoir une liaison avec Marie. Michael Taylor a la suite de cet événement, et après avoir nié, a commencé à dire des obscénités, à rejeter Dieu et devenir violent. Ce comportement a conduit les témoins à penser qu’il était possédé par le mal.

Après des mois de comportement complètement fou, Michael Taylor a consulté l’Eglise, qui l’a exorcisé. Pendant plus de 24h les prêtres ont pratiqué prières, sorts et rituels. Ils affirment avoir enlevé plus de 40 démons du corps de l’homme.

Toutefois, avant son départ, les prêtres l’ont averti qu’un démon meurtrier sommeillait toujours en lui. Dès que Taylor est arrivé chez lui, il a brutalement assassiné sa femme et leur chien. Il a été trouvé errant dans les rues, couvert de sang. Lors de son procès, il a été acquitté pour cause de folie.

7- Anneliese Michel

L’affaire Anneliese Michel est une affaire controversée. Elle a fait l’objet de nombreuses fictions comme par exemple  » L’exorcisme d’Emily Rose » sorti en 2005.

A 16 ans, Anneliese Michel avait des antécédents d’épilepsie et de maladie mentale pour lesquels elle avait été traitée à l’hôpital. Cependant, en 1973, Anneliese commence a avoir, de nouveau, un comportement très inquiétant. Elle devient suicidaire, se met à rejeter tous les objets religieux, bois sa propre urine et commence à entendre des voix.

La médecine ne pouvant rien faire pour elle, elle a supplié sa famille de faire appel à un prêtre car elle pensait être possédée par des démons. Sa demande a été rejetée, mais deux prêtres locaux ont secrètement commencé à la traiter avec des rites d’exorcisme. Au même moment, ses parents ont arrêté le traitement pour son épilepsie et ses troubles mentaux. Anneliese mourut un an après à cause d’une très grande maigreur et d’une sous-alimentation. Ses parents et les prêtres ont été accusés d’homicide par négligence.

C’est en tout plus de 70 exorcismes qui ont été effectués au cours des 10 derniers mois de sa vie. De nombreuses tentatives d’exorcismes ont été enregistrées :

A lire aussi : Terrible cas d’exorcisme d’Anneliese Michel

8- Arne Cheyenne Johnson

En 1981, Arne Cheyenne Johnson assassine son propriétaire, Alan Bono, dans le Connecticut. Le cas d’Arne Cheyenne est la première affaire connue aux USA au cours de laquelle la défense a tenté de prouver que l’accusée n’était pas coupable en raison de la possession de son âme par des démons.

Les avocats de Johnson ont fait valoir que le comportement étrange de leur client a commencé quand il était enfant. Ses parents avaient même consulté un « démonologue » . L’enfant aurait été harcelé par des forces maléfiques durant toute sa vie. Ils ont également affirmé que ses mauvais agissements étaient dus, non pas à un trouble psychologique, mais à une possession démoniaque.

Le juge a , en fin de compte, statué que la possession démoniaque n’était pas un moyen de défense valable pour un crime de premier degré. Johnson a été reconnu coupable et condamné à 25 ans de prison.

9- Anna Ecklund : La possédée d’Earling

A seulement 14 ans, Anna, une jeune fille d’Earling dans l’IOWA a commencé à montrer des signes de possession démoniaque. La jeune fille avait été élevée par de fervents catholiques mais son père et sa tante utilisaient souvent la sorcellerie pour maudire Anna et corrompre sa nourriture. A la suite de cela, la jeune fille ne put bientôt plus tolérer les objets religieux, ne pouvait plus entrer dans une église et devint sexuellement dépravé.

En 1912, la jeune fille subi un exorcisme réussi, mais après avoir été « guérie » de sa possession, son père et sa tante ont prié Satan de la faire souffrir encore plus. La jeune fille , un an plus tard, était de nouveau possédée par de nombreuses entités dont beaucoup on dit être les mêmes esprits qui possédaient Annaliese Michel.

En 1928, Anna demanda à nouveau de l’aide. Elle est donc placée dans un couvent où son exorcisme aura lieu. Le comportement de la jeune fille s’est nettement aggravé à ce moment là. Elle avait la capacité de sentir la nourriture bénie par les nonnes et refusait donc d’en manger, elle sifflait les religieuses et jetait sa nourriture sur le sol.

Des témoins affirment avoir vu la jeune fille parler et comprendre des langues étrangères, dont elle n’avait jamais entendu parler auparavant. Ils ont également affirmé qu’elle défiait les lois de gravité, qu’elle lévitait et qu’elle s’accrochait aux parois. La jeune fille était clairvoyante, vomissait souvent et crachait sur les prêtres.

Il est dit que son corps et ses yeux étaient tellement gonflés, exorbités et lourds, que le lit de fer sur lequel elle reposait a plié sous son poids.

Après 23 jours et trois rituels d’exorcisme complet, les prêtres ont déclaré qu’Anna était libérée des démons.

10- L’exorcisme du Pape François

Chaque année, l’église catholique effectue des milliers d’exorcismes. Le pape François a dit qu’il croyait en l’existence de Satan et qu’il doit se battre tous les jours contre le mal . En mai 2013, le pape fraîchement élu aurait effectué un bref exorcisme en direct à la télévision. Il bénissait des enfants handicapés quand le pontife s’arrêta devant un garçon dans un fauteuil roulant. Il saisit alors le garçon par la tête et ce dernier se mit à frissonner et eut le souffle coupé avant de faiblir et s’enfoncer dans son fauteuil.

Alors maladie mentale ou véritable possession démoniaque ? Le mystère demeure entier ! [Source]

Les 10 disparitions les plus mystérieuses

0

Aujourd’hui, certaines disparations peuvent s’expliquer par des enlèvements ou des erreurs. Cependant, il y a dans notre monde, des disparitions qui défient tout entendement…

1) Les enfants de la famille Sodder

Rien n’est plus angoissant pour un parent que de perdre son enfant. Pour George et Jenny Sodder,  cette angoisse s’est multipliée par cinq la nuit du réveillon de Noël de 1945. Quand leur résidence fut la proie des flammes, les Sodder crurent perdre cinq de leurs dix enfants. Pourtant, on ne retrouva aucun corps dans les débris de l’incendie.

L’absence de corps ainsi que la découverte du fil de téléphone coupé laissa présager que Martha, Jennie, Louis, Maurice et Betty n’auraient pas péri, mais plutôt qu’ils auraient été enlevés. Malgré tout, l’affaire n’a jamais été résolue, au grand désarroi de George et Jenny Sodder.

2) La disparition en vol du Lieutenant Félix Moncla

En 1953, Le lieutenant Felix Moncla opère à la Kinross Air Force Base dans le Michigan. Ce jour là, il voit un vaisseau étrange apparaître sur le radar. Il décide d’aller voir ce que c’est à bord d’un intercepteur F-89 Scorpion.

Les radars attestent que l’avion de Moncla s’envole jusqu’à 2000 mètres d’altitude et se rapproche de l’OVNI. Jusqu’au moment où les opérateurs observent que les deux points fusionnent sur les radars avant de disparaitre. Une collision ? Aucun débris n’a jamais été retrouvé dans les environs de la base et le mystère demeure.

3) L’équipage fantôme du MV Joyita

Comme son grand frère le Titanic, le MV Joyita est réputé insubmersible. Pourtant, 37 jours après un voyage de deux jours à Tokelau, le 3 octobre 1955 le bateau est retrouvé en train de dériver, à moitié submergé, près de l’île Vanua Levu dans les Fidji.

Les 25 passagers et membres d’équipage ont disparu. Quand le bateau est retrouvé, il ne manque pas seulement les 25 passagers, mais aussi des tonnes de marchandises, du bois, des médicaments. La radio est allumée sur la station de détresse, il n’y a plus aucun canot de sauvetage et des pansements maculés de sang sont retrouvés aussi. Personne n’a jamais eu de nouvelles des 25 personnes.

4) Frederick Valentich et l’avion étrange

En 1978, Frederick Valentich effectue un vol de routine à bord de son Cessna 182L près de King Island en Australie. Tout à coup, il observe un “avion étrange” qui vole au dessus de lui : “Cet avion étrange vole à nouveau au dessus de moi. Il vole au dessus de moi et ce n’est pas un avion.” Quelques secondes plus tard, son avion connait des dysfonctionnements. Il disparait du radar et ne réapparait jamais.

Les 17 dernières secondes de sa communication contiennent des bruits métalliques que les spécialistes n’arrivent pas à expliquer. Le week-end de sa disparition, environ 10 autres témoignages parlant d’OVNI ont été reçus… Coïncidence ?

A lire aussi : Les 10 cas de possessions et d’exorcismes les plus effrayants

5) La colonie de Roanoke

Roanoke était la première colonie de peuplement anglaise en Amérique. En 1587, 110 colons anglais s’installèrent sur cette île de Caroline du Nord. Quand, en 1590, un navire anglais revint approvisionner la colonie, tous les membres de celle-ci avaient disparus. Le seul indice marquant était le mot Croatoan, gravé sur un poteau.

Ce mot désignait le nom d’une tribu amérindienne ainsi qu’une île non loin de Roanoke.

6) La disparition du vol 19

Constitué de 5 avions torpilleurs de la marine américaine, le vol 19 a capté l’attention du public en décembre 1945 en disparaissant entre la Floride et les Bahamas.  Sans nouvelle des torpilleurs, la marine envoya un hydravion à leur recherche.

Celui-ci explosa dans les airs au-dessus de ce que l’on nomme aujourd’hui le triangle des Bermudes. On attribua l’explosion à un défaut mécanique. On ne retrouva aucune trace des 5 avions et de leur équipage. C’est d’ailleurs cette histoire qui donna à cette région géographique la fameuse réputation qu’elle possède aujourd’hui.

7) Les multiples disparitions du Triangle Bennington

Bennington est une ville dans le Vermont. Le Triangle Bennington est le théâtre de nombreuses disparitions entre 1920 et 1950.

Le 1er décembre 1949, un homme disparait dans un bus bondé. Pourtant, de nombreux témoins expliquent qu’il dormait tranquillement sur son fauteuil jusqu’au point d’arrivée. Le mystère n’a jamais été résolu.

Le 1er décembre 1946, Paula Welden, 18 ans, disparait alors qu’elle marche dans la région. Des randonneurs qui l’ont croisée à un virage tentent de retrouver sa trace mais impossible et toutes les investigations menées n’ont servi à rien.

En tout, plus de 6 disparitions du même type ont eu lieu dans cette région…

8) Louis Aimé Augustin Le Prince

Cet inventeur français était un pionnier du cinéma. En septembre 1890, il prit un train en direction de Paris. À l’arrivée de celui-ci, on ne retrouva aucune trace de lui, même ses bagages avaient disparus. L’affaire était si mystérieuse que même Scotland Yard s’en mêla.

Malheureusement, on ne découvrit jamais la vérité. Une théorie avance que c’est Thomas Edison, le fameux inventeur américain, qui aurait fait disparaitre Le Prince. En compétition directe avec ce dernier pour des brevets d’inventions, on spécule qu’Edison avait tout à gagner dans cette disparition.

9) Le village Inuit perdu : le “Roswell du nord”

En 1930, le trappeur canadien Joe Labelle découvre qu’un village Inuit a été laissé à l’abandon du jour au lendemain. Les 2000 indiens sont partis d’une minute à l’autre sans laisser de trace, laissant leurs vêtements, leur nourriture sur le feu, leurs chiens, leurs huttes… Labelle prévient la gendarmerie canadienne et cette histoire devient très vite le plus grand mystère de la région.

Beaucoup rejettent l’histoire, ils considèrent que c’est une légende urbaine. Mais d’autres croient Labelle, car ils expliquent que cette nuit là, une étrange lumière bleue en forme de balle a flotté dans l’air en direction du fameux village. Alors ? Ce qui est sûr, c’est que les 200 villageois n’ont jamais été retrouvés…

10) D. B. Cooper

D. B. Cooper est le pseudonyme que s’était donné un célèbre pirate de l’air. Le 24 novembre 1971, après avoir obtenu la rançon de 200 000 dollars qu’il réclamait pour relâcher les passagers d’un Boeing 727, le criminel sauta de l’avion en parachute en plein vol. Cooper ne fut jamais retrouvé…

Les photos de fantômes et esprits les plus terrifiantes

Nous sommes très nombreux à avoir vu des photos de famille où il y avait une auréole, une aura, ou même la silhouette d’une personne. La qualité de « l’énergie » dans la photo peut varier, mais nous avons tous vu quelque chose qui nous a fait regarder à deux fois. On dit que lorsqu’une personne meurt, parfois son âme reste attachée à notre monde si elle est incapable de se détacher de quelque chose émotionnellement. Si ces personnes n’en ont pas fini avec quelqu’un, elles peuvent rester sous forme d’esprit jusqu’à ce qu’elles puissent accepter et laisser aller leur colère. L’esprit qui reste attaché à des situations, des lieux ou des objets est ce que nous appelons un « fantôme ». Voici une séléction de photos de fantômes les plus terrifiantes et mystérieuses.

Les gens rient souvent quand ils entendent le mot « fantôme » car on l’a trop glorifié et commercialisé. Et soyons honnêtes, il y a des tonnes d’histoires et de photos de fantômes qui sont fausses. Mais si même une seule est effectivement réelle sur les dizaines de milliers qui existent, alors ce n’est plus un sujet donc nous pouvons nous moquer. Pourquoi les âmes ne pourraient-elles pas s’accrocher pendant un certain temps après la mort de leur corps physique ?

Même le Dr Michael Shermer, découvert dans Skeptic magazine, qui gagne sa vie en démystifiant les phénomènes paranormaux, a été complètement bouleversé lorsqu’il a eu une expérience paranormale. Il croit que l’âme du grand-père de sa femme a joué sa chanson préférée le soir de leur lune de miel d’une radio qui était inutilisable depuis des dizaines d’années. Pour elle, cela signifiait qu’il donnait son approbation. Michael a donné les détails de l’histoire et sa récente reconsidération dans un article publié dans Scientific American.

Les fantômes sont un sujet tout à fait sérieux, il n’y a pas de quoi en rire. Certaines des personnes les plus crédibles en font l’expérience tous les jours. Quant aux images ci-dessous, je ne peux pas parler de l’authenticité des images. Je n’ai pas pris ces photos de fantômes. Je ne suis pas sur les photos. Mais soyons ouverts d’esprit. Voici les meilleurs photos de fantômes et d’esprits jamais prises :

1) L’horreur d’Amityville

C’est l’histoire vraie de la famille Lutz, qui a passé 28 jours cauchemardesques à l’intérieur de la maison située au 112 Ocean Avenue, dans la petite ville côtière d’Amityville, sur Long Island, à l’est de New York, États-Unis.  Cette histoire est devenue mondialement connue. La maison avait déjà été la résidence de la famille DeFeo environ un an ou deux avant que la famille Lutz emménage dedans. C’est à l’âge de 23 ans que Ronald DeFeo a assassiné ses deux parents dans leur lit ainsi que ses quatre frères et sœurs .

Depuis que les Lutz ont fui « la maison de l’horreur », l’histoire de ce qui est arrivé à la famille en moins d’un mois à Long Island a inspiré une série de livres et de films d’horreur américains.

Utilisée dans le domaine de la photographie, cette photo a été prise par un appareil photo qui avait été mis en mode automatique. Cette photo a été découverte seulement trois ans après les événements. L’image, qui semble être un petit garçon avec des lunettes ou un homme à genoux avec des yeux brillants, a reçu le nom de ‘l’un des enfants démoniaques de DeFeo , celle-ci est d’abord apparue dans la collection de George Lutz, qui à la base provenait d’une enquête devenue obsessionnelle en 1976. Cette enquête était dirigée par les infâmes démonologues Ed et Lorraine Warren.

C’est le seul fantôme qui est apparu sur le film. Elle reste la photo de fantôme la plus crédible à ce jour.

2) La dame blanche de l’église de Worstead

« On dit que le fantôme est un guérisseur qui apparaît quand quelqu’un a besoin de se faire soigner. Quand elle a visité l’église au moment de la photo, Diane était malade, et sous antibiotiques. »

3) La femme en rose de Greencastle

« Les photos ci-dessus sont le résultat remarquable d’une photographie prise par Guy de l’une des fenêtres de l’étage. L’image d’une femme vaporeuse fantomatique rose est assez claire. Guy n’a pas vu la silhouette au moment où il a pris la photo, il l’a vue seulement quand la pellicule a été développée. Une analyse de la pellicule a déterminé que l’image est présente sur le négatif. La photo en bas à droite est une amélioration numérique, qui révèle une forme de crâne, comme pour le visage du fantôme. »

4) Le fantôme de la ferme

« Cette photo étonnante a été prise par le photographe et graphiste Neil Sandbach en 2008. Neil photographiait des plans panoramiques dans une ferme du Hertfordshire, en Angleterre, dans le cadre d’un projet de papeterie de mariage … Neil a montré la photo anormale au couple, et avant le mariage, ils ont demandé au personnel de la ferme s’ils avaient déjà eu des expériences effrayantes à cet endroit. Ils n’ont pas mentionné la photo de Neil. En effet, ils ont admis que lea silhouette d’un jeune garçon, vêtu de vêtements de nuit blancs, avait été vue à plusieurs reprises près de la grange. »

5) Le pilote fantôme

Photo prise dans un hélicoptère à Somerset, Angleterre. La femme sur l’image a déclaré qu’elle avait eu froid, alors qu’il faisait chaud ce jour-là.

6) Le veilleur

Il est possible que ce soit une double exposition d’une personne vivante. En 1959, cette photo aurait prise sur la pellicule. Si non, c’est un esprit.

7) Le fantôme de Coventry

« J’ai photographié mon petit ami dans l’hôtel », a déclaré Lovan. « Chez moi, j’étais choquée de voir l’ombre d’une autre femme sur l’image. Elle ressemblait à une prêtresse vêtue de longs vêtements blancs. »

8) Meilleurs photos de fantômes et d’esprits jamais pris:  Robert A Ferguson

« A première vue, on pourrait croire que c’est une double exposition ou une sorte de supercherie, mais cette photo est un Polaroïd (une des nombreuses prises de Ferguson à l’époque), ce qui rend toute sorte de canular tout à fait improbable. »

9) Le fantôme de grand-père

Denise Russell : « La dame sur la photo couleur est ma grand-mère, » dit-elle.  « Elle a vécu seule jusqu’à 94 ans, et pour sa sécurité on a dû la placer en maison de retraite car son esprit commençait à s’affaiblir. À la fin de la première semaine, il y avait un pique-nique pour les résidents et leurs familles. Ma mère et ma sœur y ont assisté. Ma sœur a pris deux photos ce jour-là, c’est l’une d’elles. Elle a été prise le dimanche 17 août 1997, et nous pensons que l’homme derrière elle est mon grand-père qui est décédé le dimanche 14 août 1984.

10) Spectre de l’église de Newby

Cette photo a été prise en 1963 par le révérend KF Lord à l’église Newby dans le North Yorkshire, Angleterre. Assez effrayant, n’est-ce pas?

11) Le fantôme du passage à niveau

Une légende étrange à propos d’un passage à niveau au sud de San Antonio, Texas. Cet endroit a été le lieu d’un accident tragique dans lequel plusieurs enfants en âge scolaire ont été tués, mais leurs fantômes errent toujours à cet endroit et poussent les voitures au ralenti à travers les voies même si ces voies sont en montée.

12) Le fantôme du siège arrière

Trés connue dans l’univers des photos de fantômes, voici celle de Mme Mabel Chinnera qui a pris une photo de son mari après être allée sur la tombe de sa mère. Elle a découvert une image de sa mère sur le siège arrière de la voiture. Troublant non ?

13) Le fantôme de l’escalier tulipe

Cette photo a été prise par Ralph Hardy, en 1966, un touriste canadien qui a pris en photo « L’escalier tulipe » dans la section Maison de la Reine de la National Maritime Museum de Greenwich, en Angleterre.

Lors du développement, cependant, la photo a révélé une silhouette fantomatique en train de monter les escaliers, en tenant la rampe avec les deux mains. De nombreux experts, y compris certains de Kodak, n’ont trouvé aucune preuve de falsification. D’autres apparitions ont été vues à l’occasion dans les environs de l’escalier, et des bruits inexpliqués ont également été entendus.

14) La « brown lady » (La plus célèbre des photos de fantômes)

Le fantôme de Lady Dorothy Townshend :

« Le Capitaine Provand a pris une photo au moment où j’ai éclairé l’endroit. Il se concentrait sur une autre exposition ; j’étais debout à côté de lui juste derrière l’appareil photo avec la lampe poche dans ma main, en regardant directement vers l’escalier. Tout à coup, j’ai détecté une forme voilée éthérée qui descendait les escaliers. Plutôt excitée, j’ai crié brusquement : « Vite, vite, il y a quelque chose « J’ai allumé la lampe torche. Après le flash et la fermeture du volet, le Capitaine Provand a retiré le tissu de recentrage qui couvrait sa tête et s’est tourné vers moi et a dit:« Pourquoi toute cette excitation ? »

Il l’a regardée une semaine plus tard et l’a décrite comme portant une robe en satin marron, sa peau était éclatante avec une luminescence pâle. Il a également eu l’impression que ses yeux avaient été arrachés.

Qu’en pensez-vous ? Croyez-vous qu’il soit possible que les esprits restent après la mort du corps physique ? [Source]

10 films d’horreur inspirés de faits réels

0

Depuis de nombreuses années, les films d’horreur occupent les salles obscures, pour le frisson qu’ils procurent, ce sentiment d’être témoin d’actes horribles tout en se rassurant : «il ne s’agit que d’un film, c’est du cinéma». Cependant, les cinéastes ont rapidement compris l’intérêt d’incorporer des éléments s’inspirant de la réalité ou tout simplement adaptés d’une histoire vraie.

1) The conjuring

The Conjuring se base en effet sur des faits réels en relatant un cas rencontré par un couple d’enquêteurs spécialisés dans le paranormal, ED et Lorraine Warren.
Le film de James Wan se concentre sur un de leur cas le plus connu, celui d’une femme hanté de Rhode Island en 1971.

A lire aussi : La véritable histoire des époux Warren

2) Psychose

Le chef d’œuvre d’Alfred Hitchcock avait marqué les esprits à l’époque par sa violence, tant physique que psychologique.
Figurez-vous que le roman sur lequel s’est basé Hitchcock pour son film s’inspirait largement de la vie d’Ed Gein.
Le boucher de Plainsfield était connu pour se travestir de la sorte. De manière plus ou moins directe, il influença aussi les films Massacre à la tronçonneuse et le Silence des Agneaux.

3) The girl next door

Le film s’inspire de l’histoire de Sylvia Likens, habitant à Indiana en 1965. Ses parents étaient souvent partis pour le travail, Sylvia était donc laissée à sa tante, Gertrude Baniszewski pour 20$ par semaine.
Sylvia est morte par un coup à la tête le 26 octobre 1965, la police a retrouvé le corps de la jeune fille, maigre, couverte de contusions et de brulures de cigarettes. Baniszewski a été arrêtée pour meurtre.

4) L’exorciste

Ce film est basé sur un roman qui conte l’histoire de Roland Doe ou Robbie Mannheim. Il est né aux alentours des années 1936, vivait des le Maryland avec sa famille qui nota des changements étranges dans son comportement.

Des évènements surnaturels se sont produits, des photos de famille qui bougent seules et des bruits de grattement autour du garçon. Deux prêtres l’ont exorcisé, l’enfant parlait en latin même s’il n’avait jamais appris cette langue.

5) Wolf Creek

Wolf Creek est un film d’horreur australien, il raconte l’histoire de trois randonneurs qui vont croiser la route de Mick Taylor incarné par John Jarrat.

Il dépèce ses victimes une fois qu’il les a attrapé… C’est une histoire vraie, celle d’Ivan Malat qui traquait les randonneurs dans les montagnes australiennes ! Contrairement au film, Ivan Malat ne dépeçait pas ses victimes, mais ses pratiques étaient tout aussi affreuses…

Il poignardait ses victimes à la base de la colonne vertébrale pour les paralyser. Il achevait ensuite le travail en poignardant, frappant ou en décapitant ses victimes. Pour finir, il lâchait les corps dans le désert.

Ivan Malat tua au moins 7 personnes. Il a ensuite été identifié par Paul Onions, une victime qui réussit à s’échapper. Il fut condamné le 27 Juillet 1997 à plusieurs peines de prison à perpétuité et un supplément de 18 ans.

6) Chucky

L’histoire de Chucky peut paraître totalement absurde mais elle a été inspirée par une vraie poupée appelée Robert.

En 1903, Robert Eugène Otto reçoit une poupée en cadeau, il la nomme comme lui et deviennent inséparables. La poupée avait sa propre chaise à table et dormait avec Otto la nuit.

Peu de temps après les parents d’Otto entendaient des voix qui venaient de la chambre de son fils, ce n’était pas celle de son films ! Otto accusa la poupée pour ces bruits.

En grandissant, Otto ne lâcha pas sa poupée… Il mourra en 1970 mais la poupée resta dans la maison. Les nouveaux propriétaires déclarèrent que le jouet changeait de visage et émettait des bruits.

En 1994, la poupée Robert dut confiée au musée de Fort East Martello où elle repose derrière une glace.

7) La colline a des yeux

Une famille en route vers la Californie emprunte un raccourci dans le désert qui les mène tout droit dans la gueule d’une tribu de consanguins cannibales planqués dans les collines.

Ce film culte du réalisateur de Scream s’inspire de la légende d’Alexander “Sawney” Bean, un Écossais qui aurait vécu au XVe ou XVIe siècle.

A la tête d’un petit clan d’une quarantaine de personnes, il s’installa dans une grotte de la campagne écossaise. La nuit, ils enlevaient des gens et les mangeaient.

8) Amityville

La famille Lutz emménage dans une jolie maison au bord d’une rivière. Une jolie maison dans laquelle a eu lieu un massacre l’année d’avant. A partir de là ils subissent toute la panoplie de phénomènes paranormaux et s’enfuient moins d’un mois après leur emménagement.

Le film se base sur le témoignage du couple Lutz qui affirme dans un livre avoir été les victimes de voix bizarres, de courants d’air glacés et de croix inversées dans leur nouvelle maison.

A lire aussi : Amityville, la maison du Diable

9) L’exorcisme d’Emily Rose

Des exorcismes il en existe encore, il en existait beaucoup, et il n’est donc pas anormal de voir certains récits adaptés au cinéma. Mais l’histoire de celui d’Emily Rose est particulièrement effrayant puisque la jeune fille n’y survit pas.

Si les noms ont été changés et l’histoire romancée, le film se bas sur la mort d’Anneliese Michel, une jeune allemande qui décéda après plusieurs semaines d’exorcisme et de maladie.

Un film plus réaliste sorti l’année suivante relate le procès qui suivit et les accusations de négligences médicales qui furent portée contre les deux prêtres et les parents de la jeune fille.

10) The town that dreaded sundown

C’est un film de série B de 1976, on y voit un homme qui porte une capuche sur la tête et tire au hasard sur des personnes.

C’est en 1946 que les évènements se passèrent, cet homme tua 8 personnes en l’espace de 10 semaines. Il ne fut jamais retrouvé et les victimes qui s’en sont sorties expliquèrent qu’un tueur déguisé en fantôme les avait attaqué. On ne retrouva jamais le meurtrier.

Crash d’OVNI à Varginha au Brésil

0

Un engin extraterrestre s’est-il écrasé, en janvier 1996, près de la ville de Varginha au Brésil, et a-t-il été récupéré en secret, avec ses occupants, par l’armée de ce pays ?

C’est bien ce que semblent révéler de nombreux témoignages, civils et militaires, qui ont été recueillis depuis cette date par des enquêteurs capables et motivés. Les premiers, et principaux enquêteurs sur cette affaire incroyable, Ubirajara Rodrigues et Vitório Pacaccini, ont pu recueillir très vite, avec leurs amis dans les quelques semaines suivant l’incident, une série de premiers témoignages concordants.

Ils se sont rendu compte que le secret militaire avait été vite imposé aux soldats ayant participé aux opérations, mais « le chat était sorti du sac » et l’armée n’a pu empêcher un certain nombre de témoins de parler, sous couvert de l’anonymat, qui ont été enregistrés, avec des copies de cassettes mises en lieu sûr.

A lire aussi : L’affaire Varginha – Un contact extraterrestre

Résumé des événements de Varginha

En Janvier 1996, plusieurs personnes sont témoins de l’écrasement violent d’un OVNI près de la ville de Varginha, au Brésil.
Les pompiers municipaux, et ensuite l’armée, interviennent et s’interposent. Dans les jours qui suivent, d’autres personnes rencontrent des êtres non-terrestres tentant de se cacher ou de s’enfuir au quatre coins de la ville.
L’armée, puis des agents en civils se livrent à une véritable traque, capturant voire tuant ces êtres, dont certains sont de toute évidence blessés.

L’un d’entre eux est autopsié à l’hôpital de la ville, puis emmené en d’autres lieux. Les événements font grand bruit et sont rapportés par la télévision Mexicaine, puis font le tour du monde.
Un scientifique accusé d’avoir participé à l’autopsie des aliens décédés déclare qu’il ne pourra s’exprimer sur le sujet que dans quelques années. En Juin 1996, 15 témoins acceptent de parler et confirment l’implication de l’armée Brésilienne dans la capture des extra-terrestres.
Un autre témoin rapporte qu’on lui a offert de l’argent pour se taire.

Le cas de Varginha est unique en plusieurs de ses aspects. C’est tout d’abord une chance extraordinaire pour beaucoup de chercheurs d’avoir pu travailler sur un cas actuel et solide.
Des ufologues comme Stanton T. Friedman et John Carpenter, qui pour beaucoup sont en quelque sorte l'”élite” de la discipline.
Mais aussi pour des chercheurs Mexicains comme Ubirajara Franco Rodrigues et Vitorio Pacaccini qui furent les premiers à enquêter et firent connaître l’histoire.

Des chercheurs comme Stanton T. Friedman qui est devenu un expert dans le cas légendaire de Roswell et savent comment fonctionne la machine à secret, ce qui se révèle essentiel en cette affaire et pour les recherches concernant le destin des aliens décédés et vivants qui auraient été transportés vers la base de Albrook au Panama.

Les premiers témoignages: des sources différentes et concordantes

L’enquêteur Ubirajara Rodrigues

Le soir du samedi 20 janvier 1996, la ville de Varginha est parcourue de rumeurs sur la découverte d’une étrange créature.
C’est l’été, et dans cette ville prospère de 120 000 habitants de l’état de Minas Gerais, les nouvelles circulent vite.
Dès le lendemain, l’avocat et ufologue Ubirajara Rodrigues, habitant de la ville et connu pour son sérieux, recueille déjà plusieurs témoignages.

Les trois jeunes filles, Katia, Liliane et Valquiria

Les premiers lui paraissent fragiles, puis il est appelé par un commerçant, M. Milton, dont l’une des employées connaît trois jeunes filles qui disent avoir vu un être étrange en traversant un terrain vague.

Celui-ci les a effrayées au point qu’elles ont pris la fuite, croyant voir le Diable ! Voici ce qu’elles racontent à Ubirajara, qui les a retrouvées rapidement. Il a rencontré la mère de deux des trois filles, Mme Luisa da Silva. Celle-ci, d’abord réticente, a accepté de lui faire rencontrer ses deux fille et leur amie.

Katia Xavier, âgée 22 ans, est femme de ménage et elle est accompagnée ce jour là de ses deux amies plus jeunes, les sœurs Liliane da Silva, 16 ans, et Valquiria, 14 ans. Elles sont encore scolarisées mais elle l’ont aidée à préparer un déménagement.

Toutes trois reviennent de leur travail, ce samedi 20 janvier vers 15 h 30, dans le quartier de Jardim Andere, pour rentrer chez elles au quartier de Santana, situé juste au nord.
Varginha est bâtie sur un terrain vallonné, et ces deux quartiers, situés dans la banlieue est, sont sur des collines séparées par un petit bois et des prés en contrebas. Les trois filles ont l’intention de couper par un raccourci à travers bois, et elles sont en train de traverser un lotissement en friche de Jardim Andere lorsque, soudain, elle aperçoivent un être très bizarre, accroupi au pied d’un mur.

“Ce n’était ni un homme, ni un animal, c’était quelque chose de différent”

Cet être avait la peau brune, d’aspect huileux, avec des membres « comme du caoutchouc ». Sa tête, très grosse, était surmontée par trois protubérances arrondies.
Alors que les trois filles s’approchaient, la créature a tourné la tête vers elles.
Elles ont vu alors deux énormes yeux rouges qui les ont épouvantées, et elles ont pris la fuite en courant. Liliane, la sœur aînée, est restée un instant en arrière pour l’observer.

Elle a eu l’impression que la créature était intelligente et en état de détresse. On a dit qu’elles avaient senti une odeur très forte, mais plus tard, notamment lorsque le Dr Leir va les interroger en 2003, elles ne confirmeront pas cela.

A part ce détail, elles s’en sont toujours tenues à la même description. Les trois filles arrivent chez elles, très émues, et racontent leur aventure en pleurant à la mère des deux filles. Celle-ci s’arme de courage et va inspecter les lieux avec une voisine, mais l’être étrange n’est plus là.
Il reste cependant des traces de pieds bizarres, dans les herbes hautes, au pied du mur.

Ubirajara a été impressionné par la sincérité des trois filles, encore très émues, au bord des larmes lorsqu’il les a rencontrées.

D’autres enquêteurs ont eu la même impression. Notamment Roger Leir, et surtout le psychiatre américain John Mack, spécialiste de l’épineux dossier des histoires d’enlèvements, qui a pu lui les interroger en juin 1996, à l’occasion d’un congrès ufologique au Brésil. Après leur avoir parlé, le Dr Mack a déclaré que, si elles étaient des simulatrices, il était prêt à déchirer ses diplômes de médecin !
Mais qu’est-il advenu de cet être étrange qui semble avoir disparu ?
Les enquêteurs vont le découvrir grâce à d’autres témoignages qu’ils vont commencer à recueillir rapidement.

Révélations d’une infirmière de l’hôpital Régional

Très vite, des rumeurs orientent l’enquête vers l’un des trois hôpitaux de la ville, l’hôpital Régional.
Ubirajara Rodrigues réussit à parler à une infirmière qui, d’abord très réticente, lui raconte ce qu’elle a vu, après être assurée de son anonymat car elle est effrayée. Le dimanche 21 janvier, il y a eu une certaine agitation à l’hôpital.

Des médecins sont venus, qui n’étaient pas de la ville. Etaient là également la police militaire et des véhicules militaires. Une partie de l’hôpital était fermée, interdite d’accès, même au personnel.
Le lendemain, elle a été convoquée avec d’autres employés dans le bureau du Directeur qui leur a ordonné de ne rien dire de ce qui s’était passé : « c’était juste un exercice d’entraînement pour les médecins et les militaires ». Il les met en garde contre les questions qu’on pourrait leur poser, en particulier l’avocat Rodrigues.
« Vous devez tout nier », conclut-il.

L’histoire de Varginha se complique

Le mystère de Varginha s’est encore épaissi, avec de nouveaux témoignages sur des êtres qui auraient été aperçus plus tard, au cours des mois suivants.
C’est l’une des parties les plus bizarres de tout le dossier, sur laquelle on se perd en conjectures.
Le soir du 21 avril, trois mois après l’incident, une réception avait lieu, à l’occasion d’un anniversaire, au restaurant du zoo de Varginha. Vers 21 h, après le dîner, Mme Terezinha Clepf quitta la salle pour aller fumer tranquillement une cigarette dans la véranda, bordée par un épais fourré.

Et là elle eut un choc en apercevant tout à coup une figure étrange qui semblait l’observer, à seulement quelques mètres d’elle. Elle n’a vu que sa tête mais sa description colle bien avec celle des êtres de Varginha. A un détail près, qui n’est pas sans intérêt : il portait une sorte de casque ! Stupéfaite et effrayée par cette vision d’un être aux gros yeux rouges, faiblement lumineux dans l’obscurité, Mme Cabral a rejoint son mari, mais lorsqu’ils sont revenus voir ensemble, l’être avait disparu.

Que penser de cela ? Etait-ce un survivant du crash ? Un autre témoignage le donne à croire, celui de la directrice du zoo, Mme Lelia Cabral, qui a constaté durant cette période la mort inexpliquée de cinq animaux.

Un autre témoignage est celui d’un étudiant en biologie de 21 ans, Ildo Lucio Gordino, qui dit avoir vu un être au bord de la route allant de Varginha à Três Corações, le 15 mai vers 19 h 30.
Il venait de ralentir dans un virage quand il a vu un étrange animal sur la route. Il a remis ses feux de route pour mieux voir. La créature s’est tournée vers lui et il a pu voir ses grands yeux rouges, mais elle s’est aussitôt protégé les yeux et s’est précipitée dans les fourrés.

Quand Ubirajara et Pacaccini ont enquêté, ils ont découvert que ce lieu était tout proche de la ferme de Eurico et Oralina de Freitas. Si ces témoignages sont véridiques, il y avait encore des survivants trois et quatre mois plus tard, mais nul ne sait ce qu’ils sont devenus.
Il n’est pas sans intérêt de signaler que, dans cette période, on a vu beaucoup d’ovnis dans la région…

Christophe Colomb, trois caravelles en route vers les Indes

Christophe Colomb accoste en Amérique le 14 octobre 1492. Peu importe qu’il ait cru atteindre les Indes : il vient de prouver que la terre est ronde.
Toutefois, ce n’est là que la version officielle, celle que l’on enseigne dans les écoles, car en réalité, ce grand personnage présente quelques zones d’ombre.

Il commence à naviguer dés l’âge de 14 ans : on dit qu’il fait de très grands voyages, des côtes de l’Afrique à l’Islande, et qu’il croise sur son chemin bateau pirate, têtes couronnées et scientifiques de renom.
L’expérience de ces années et ses rencontres jouent sûrement un rôle capital dans sa formation et dans le mûrissement de son projet de voyage vers un nouveau continent.

Mais plus concrètement, comment est-il parvenu à convaincre la famille royale d’Espagne de financer une entreprise aussi risquée ?
Des témoignages découverts récemment feraient état de ses liens étroits avec le pape innocent VIII, originaire comme lui de la ville de gênes et ancien évêque de celle de Savonne, du temps où l’explorateur y vivait aussi.

Dès lors, le pape a-t-il été le véritable soutien de l’expédition et la famille d’Espagne ou un simple “sponsor” politique ? Ce qui confirmerait cette hypothèse est le fait que la plupart des financiers de Colomb sont très proches d’innocent VIII, sans oublier que le neveu même du pape figure parmi les armateurs et les banquiers.
La version selon laquelle la reine Isabelle aurait vendu ses bijoux pour financer le voyage de Colomb serait donc une simple légende, dans la mesure où l’Espagne aurait joué un rôle politique, plus qu’économique.

En route vers les Indes ?

Un tournant si sans doute marquée par la victoire de l’armée espagnole sur les Maures : la ville de Grenade et reconquise en janvier 1492. L’accord entre Colomb le roi d’Espagne date d’à peine trois mois plus tard. Le navigateur est nommé grand amiral des mers et vice-roi des terres et des îles éventuellement découvertes.
De plus, ses descendants doivent hériter de ces mêmes privilèges, outre celui de percevoir le dixième des revenus inhérents à ces découvertes.
La Nina, la Pinta et la Santa-Maria, les trois caravelles avec lesquels Christophe Colomb entreprend son voyage, ont à leur bord un équipage d’a peine 150 hommes.

Officiellement, l’expédition est promue à des fins commerciales dans le but d’atteindre les riches pays de l’Asie orientale. Mais en marge des raisons économiques, ce sont surtout des motivations d’ordre religieux.
Colomb est très lié aux franciscains, qui l’aident et le protègent, et aux dominicains. Il est lui-même très croyant, comme l’atteste son journal de bord où l’on apprend qu’il faisait planter une croix sur toutes les terres où ses navires accostaient.

Selon certains, l’expédition de Christophe Colomb aurait été le préalable au projet d’une nouvelle croisade destinée à libérer Jérusalem et le Saint-Sépulcre. Les nouvelles terres devaient rapporter à l’Espagne les richesses nécessaires à cette croisade, rendu désormais possible par la récente défaite des Maures à Grenade.
C’est pourquoi côlon bénéficie du soutien d’innocent VIII qui débloque les financements nécessaires, et c’est pourquoi aussi la reine d’Espagne passera à la postérité sous le nom d’Isabelle la Catholique.

Dans les coulisses

Christophe Colomb se disait « celui qui porte le Christ » et signait d’un cryptogramme qui n’a toujours pas été entièrement déchiffré.
Il s’agit là d’un premier mystère qui dure depuis près de 500 ans : quelle était la véritable signification de cette signature qu’il est difficile d’attribuer à un navigateur inculte comme les historiens s’acharnent à vouloir le décrire ?
Mais il y a plus : Christophe Colomb a longuement étudié les ouvrages et les cartes nautiques de l’époque, il a lu le “Million” de Marco Polo, a étudie de manière approfondie les cartes d’un très grand mathématicien et astronome de l’époque, le Florentin Toscanelli, ainsi qu’un grand nombre de textes anciens.

Les navigateurs et les aventuriers sont nombreux à son époque. Une des cartes les plus mystérieuses de son siècle et celle, controversé, d’un animal turc qui retrace les contours de terre non encore découverte, vues du ciel, qui plus est.
Doit-on en déduire que Christophe Colomb savait que la terre est beaucoup plus grande qu’on ne le supposait à l’époque ?
Savait-il qu’en mettant le cap à l’Ouest, il allait trouver des terres inconnues avant d’atteindre les Indes ?

Selon certains, Colomb aurait fait un premier voyage d’exploration sept ans environ avant son voyage officiel. Si cela devait se confirmer, l’Amérique aurait donc été découverte en 1485.

Par conséquent, l’expédition des Espagnols aurait été organisée en toute connaissance de cause, avec l’assurance qu’ils allaient trouver des peuples à convertir et les richesses nécessaires au très catholique régnants d’Espagne pour entreprendre leur croisade en Terre Sainte.
Auquel cas, Colomb ressemblerait davantage à un émissaire du pape chargé d’une mission bien précise qu’à un navigateur à l’esprit d’aventure.

L’expédition officielle

Colomb quitte officiellement Porto Palos le matin du 3 août 1492. Après une étape aux Canaries pour charger les dernières provisions avant la traversée, le 6 septembre, l’amiral génois met le cap vers l’inconnu pendant un mois environ, poussées par les alizés, les caravelles avancent sur l’océan, l’eau pour tout horizon.
Le 7 octobre, Colomb change de cap. Il a vu des oiseaux se diriger vers le sud-ouest et décide de les suivre dans l’espoir qu’ils le conduiront vers la terre.

Il a vu juste. À 2:00 du matin, le 12 octobre 1492, la Pinta annonce la nouvelle tant attendue aux équipages épuisés : Terre en vue.
À l’aube, Colomb débarque sur une île des Bahamas et les indigènes appellent “Guanahani” et qu’il rebaptise San Salvador. Il poursuit ensuite sur Cuba et Haïti.

Cinq mois plus tard, quand il rentre en Espagne, avec une seule de ces caravelles, la foule l’acclame comme un héros. Mais entre-temps, de grands changements ont eu lieu à Rome. Alexandre VI Borgia a succédé à innocent VIII et s’attache à effacer toute trace de la politique de son prédécesseur. En dépit de cela, Colomb parvient à organiser d’autres expéditions jusqu’en 1504, année de la mort de sa protectrice Isabelle d’Espagne.
Pour l’explorateur, les années de la gloire et de la célébrité sont désormais loin. Il meurt en 1506, dans l’indifférence générale.

Il n’aura pas vu un centime des richesses qui devaient servir au financement de la croisade en Terre Sainte et, malgré un long litige avec l’administration espagnole, ces enfants ne se verront pas non plus octroyer la moindre récompense.
Au contraire, une politique de dépréciation systématique du navigateur génois sera entreprise en ces années.

Quatre fois sur la même route

Christophe Colomb part pour son deuxième voyage le 25 septembre 1493 à la tête d’une flotte de 17 navires il fait état dans l’actuelle République Dominicaine, aux Antilles et à Porto Rico. Il retournera en Espagne en 1496.

Il repart pour son troisième voyage en 1498, après avoir convaincu l’Espagne de lui confier 6 bateaux.

Il s’arrête au Cap-Vert, à Trinibad, dans le golfe de Paria et dans le delta de l’Orénoque. Entre-temps, à Saint-Domingue, les Colomb et les indigènes se révoltent. En 1500, les souverains d’Espagne font arrêter Colomb et ses frères tenus pour responsables des misères subies par la population locale. Colomb est ensuite libéré, mais doit renoncer au titre de 10:00 en dépit de cela, il part une quatrième fois, en 1502, avec une flotte de quatre bateaux, mais arrivé à Saint-Domingue il se voit refuser l’entrée au port et doit poursuivre vers les côtes de l’Amérique centrale. En 1503, une violente tempête l’oblige à s’arrêter en Jamaïque où il reste environ un an.

La foi de Christophe Colomb

Au Moyen Âge, l’idée que la terre est ronde est assez répandue parmi les gens d’une certaine culture, à ceci près qu’ils l’imaginaient beaucoup plus petite qu’elle ne l’est en réalité.

Selon la version traditionnelle, que l’on pensait qu’en mettant le cap à l’Ouest, il finirait par atteindre l’Extrême-Orient, et ce, plus rapidement qu’en empruntant les routes habituelles qui passaient par la circumnavigation de l’Afrique. Fasciné par les récits de Marco polo, Colomb voulait devenir vice-roi des terres où il allait accoster, car il était convaincu que de vastes territoires restaient à découvrir en Asie.

Les Nazis et les ovnis, le projet Riese

Avant et pendant la seconde guerre mondiale, les nazis auraient fait des recherches sur l’antigravité avec la cloche (Die Glocke) pour les appliquer à la réalisation de soucoupes volantes.

Ces expériences auraient eu lieu dans le complexe militaire secret “Riese” en ancienne Allemagne, aujourd’hui territoire polonais.

Il s’agissait de l’un des projets les plus ambitieux et les plus importants du Troisième Reich…
Le projet d’antigravité portait le nom de “RWS-1”. Projet tellement important qu’il reçu une classification unique, il était qualifié de Kreigsentscheidend, “primordial pour la guerre”.

Il était basé en Silésie (Pologne). Ce projet était dirigé par le professeur Walter Gerlach, nommé directeur scientifique. Il était épaulé par les professeurs Thirring et Pascual Jordan. Le système de propulsion, impliquant le contrôle de la gravité, avait pour base un engin que les SS avaient baptisé “die Glocke”, “la Cloche”.

Les expérimentations furent réalisées en Pologne sur le site minier de Wencelaus, situé non loin de la frontière Tchèque. En Tchécoslovaquie, dans le protectorat de Bohème-Moravie, se trouvait à Pilsen, le Centre scientifique principal du projet “RWS-1”, où était aussi étudié un projet de propulsion basée sur la physique nucléaire.

Les armes secrètes de la guerre 39-45

Pour tenter de remporter la Seconde Guerre mondiale, Hitler confie une mission secrète aux plus brillants scientifiques allemands: concevoir un arsenal d’armes de destruction massive de technologie avancée.

Ce documentaire inédit détaille le contexte dans lequel ces scientifiques ont travaillé pour mettre au point des innovations technologiques qui ont posé les bases de l’aviation et de l’aérospatiale modernes.

Les ingénieurs nazis semblaient en avance sur leur temps. 70 ans après, il convient de rappeler le rôle de l’intervention de l’Union soviétique et des Etats-Unis pour mettre fin à cette guerre, qui aurait pu être bien plus meurtrière si les nazis avaient eu le temps de mettre en activité ces armes de nouvelles génération.

Parmi ces projets d’armes secrètes les plus avancés se trouvaient le V-1, véritable bombe volante et premier missile de croisière jamais mis au point ainsi que le V-2 de Wernher von Braun, premier missile balistique.

Il retrace également les travaux d’une équipe qui s’était intéressée à la bombe atomique, avec à sa tête le prix Nobel Werner Heisenberg qui tentait de percer le secret de la fission nucléaire. Après la guerre, des agents américains ont découvert près de Stuttgart un réacteur atomique dans un sous-sol aux épais murs de pierre.

Que se serait-il passé si ces armes meurtrières avaient été prêtes dès le début du conflit ?

Un sous-marin nazi porté disparu depuis 60 ans

Le 30 janvier 1945, le sous-marin nazi U-745 disparaît des radars et son équipage de 45 hommes est porté disparu. Vraisemblablement perdu en mer, son épave est retrouvée, complètement gelée, au large de l’île de Föglö en Finlande. Pendant plus de soixante-dix ans, le sort de ce sous-marin allemand est resté un mystère.

Mais après une décennie de recherches intenses et d’explorations sous-marine, l’énigme est élucidée grâce une équipe de plongeurs finlandais. Découvrez les secrets du sous-marin U-745 et des raisons de sa disparition dans le Golfe de Finlande.

Une équipe de chercheurs Finlandais cherche à percer le mystère du sous-marin nazi. Ils auront mis plus de 10 ans à scruter et à fouiner chaque détail. C’était le rêve de retrouver une machine de guerre de 1945 où 45 membres d’équipage avaient retrouvé morts.

En mars 1945, le cadavre d’un officier Allemand gît sur un plage d’une île Finlandaise, Föglö. Grâce à sa plaque d’immatriculation la police à identifier qu’il s’agissait du capitaine lieutenant de l’U745. Les scientifiques pensaient au début que le sous-marin avait coulé dans le même périmètre.

Les chercheurs pensaient que pour trouver le sous-marin U745, il fallait trouver un champs de mine au fond de la mer.

Plus on descend dans les profondeurs, plus l’eau devient de plus en plus trouble. La vision diminue très rapidement. L’argile remonte en suspension à chaque mouvement d’eau.

Grâce aux températures très basses, et à la faible salinité, le pont supérieur en bois est extrêmement bien conservé. Il est très rare de pouvoir observer des épaves dans un état de conservation aussi exceptionnel. L’équipe de chercheurs ne s’y attendait vraiment pas…

Quand Hitler réécrit l’histoire du Titanic

Titanic est un film allemand d’Herbert Selpin et Werner Klingler sorti en 1943. Ce “Titanic nazi” est l’un des films les plus ambitieux jamais imaginé, car le IIIe Reich ne combattait pas seulement sur les champs de batailles, mais également sur grand écran, afin de justifier aux yeux du peuple la guerre et les génocides.

Ce film de propagande, voulu par Joseph Goebbels, met en scène le naufrage du Titanic, paquebot transatlantique britannique ayant heurté un iceberg en avril 1912. Derrière la tragédie, le film vise à condamner la cupidité des propriétaires britanniques du navire à travers le personnage de Joseph Bruce Ismay qui n’hésite pas à lancer son navire à toute vitesse dans l’océan Atlantique au mépris de la sécurité. À l’inverse, le lieutenant Petersen, officier allemand, s’oppose à ces méthodes et sauve le propriétaire du navire dans le but de lui faire payer ses crimes devant la justice.

Le “Titanic Nazi” : un début difficile

D’abord réalisé par Herbert Selpin, le film est terminé par Werner Klingler après le suicide du premier, arrêté pour avoir critiqué la Wehrmacht. Il ne sort cependant pas en Allemagne, Joseph Goebbels craignant qu’un film catastrophe puisse démoraliser la population, subissant alors les bombardements de la Royal Air Force. Il sort en revanche à Paris. Le film est diffusé en République fédérale allemande en décembre 1949, mais est retiré six semaines plus tard à la suite des protestations des autorités d’occupation britanniques. Il reste toutefois utilisé en République démocratique allemande, où il rencontre un grand succès.

Le film, très contesté sur le plan historique, s’est pourtant vu reconnaître par d’autres côtés. Ainsi, les plans de scènes de panique ont été repris dans le film Atlantique, latitude 41° de 1958. Les scènes de décor du grand salon et du dernier bal sont également intéressantes.

À partir d’images d’archives récemment découvertes et d’un journal jusqu’ici tenu secret, voici l’incroyable histoire d’un tournage hors du commun.

L’incroyable histoire des évadés d’Alcatraz

0

Réputée infaillible, la prison d’Alcatraz aurait pourtant laissé échappé trois détenus dont on a jamais retrouvé la trace depuis. Retour sur cette évasion incroyable réalisée il y a 50 ans.

Il y a 50 ans, Marie Widner et Mearl Taylor apprenaient avec stupeur que leur deux frères John et Clarence ainsi que leur ami Frank Morris, venaient de s’échapper de la prison d’Alcatraz, dite inébranlable. Surnommée “The Rock” en anglais, cette forteresse gardait derrière ses barreaux les plus dangereux criminels de tous les États-Unis. Mais les frères Anglins et Morris étaient loin d’être des criminels sanguinaires, ils avaient simplement été transférés dans cette prison en raison de leurs multiples évasions. A Alcatraz, où ils étaient réunis dans la même cellule. Après tout personne ne s’échappe d’Alcatraz… à part le 12 juin 1962.

La prison d’Alcatraz

Le centre pénitentiaire fédéral situé dans la baie de San Francisco avait une réputation monstrueuse, perchée sur une île au bord de l’océan. Dès leur arrivée, John, Franck, et Clarence font comprendre qu’il est hors de question pour eux de rester enfermés. Avant eux, trente-six détenus ont tenté de retrouver la liberté sans succès. Pourtant, s’ils ont réussi à sortir, depuis cinquante ans, c’est le néant. Personne n’a jamais retrouvé leur trace.

Morts ou vivants, il n’y pas d’indice pour prouver l’un des deux scénarios. Les soeurs Anglin sont elles persuadés qu’ils sont en vie, et les US Marshals les recherchent encore, un demi-siècle après leur évasion.

Que sont devenus les trois évadés ?

La plus commune hypothèse est que les trois hommes se sont noyés dans l’océan. Mais Marie et Mearl sont persuadées qu’ils ont survécu: “Je ne croirai jamais qu’ils sont morts. Je ne crois pas qu’ils sont morts” affirme la cadette Marie Wiedner.

A 76 ans, elle se souvient encore de la façon dont elle a appris la nouvelle, elle avait 20 ans : “J’écoutais la radio quand les journalistes ont rapporté l’évasion. J’ai éteint mon fer à repasser et j’ai couru chez mes voisins et dit ‘Est-ce que vous avez entendu? Mes frères se sont échappés d’Alcatraz'”. Ce jour-là, les garde-côtes et la police locale patrouillent les eaux qui entourent Alcatraz. Ils y trouveront une rame, deux gilets de sauvetage et un sac plastique contenant des lettres et des adresses. Sans aucun signe de vie.

Le stratagème des évadés d’Alcatraz

“Ils voulaient être ensemble coûte que coûte”

Marie Widner se souvient de l’incarcération de ses frères et leur acolyte Frank pour braquage de banque: “Les autorités avaient dit qu’ils ne les mettraient jamais ensemble où qu’ils soient parce qu’ils comploteraient toujours leur évasion. Mais ils les ont amenés ici, en disant ‘nous les mettons ensemble ici parce qu’ils ne sortiront jamais’. Et c’est ce que les garçons voulaient. Ils voulaient être ensemble coûte que coûte”.

La justice fédérale en avait eu assez de leurs pied de nez dans les prisons du Kansas après plusieurs tentatives dan la prison de Leavenworth en 1960 et 1961.Mearl se rappelle de ses frères : “Ils faisaient juste des bêtises adolescents ils n’étaient pas mauvais. Ils n’ont jamais causé de problème dans la famille. Ils sont partis un jour pour continuer leurs espiègleries jusqu’à ce braquage. Je suis fière d’eux”.

En 1978, le US Marshals Service (USMS), agence de police fédérale du département de la Justice des États-Unis reprend la quête des trois hommes. Et c’est le marshal Michael Dyke qui hérite de l’enquête en 2003. L’inconnue reste toujours le sort des trois fuyards, mais tous les mois, ce policier arrive à grappiller des indices ici et là. “Ce serait génial d’avoir quelques réponses, mais parfois il n’y en a jamais”, avoue Michael. “Ils ont pu mourir d’un âge avancé. Ils ont pu mourir en 1962. Jusqu’à la preuve de leur mort, je continuerai de chercher” affirme t-il. Si pendant de longues années, la famille Anglin sont restés suspects aux yeux des autorités fédérales, depuis plusieurs années, les deux parties échangent sur le cas extraordinaire qui les unissent. Tous veulent savoir ce qu’il s’est passé.

Ils auraient envoyé des fleurs à leur mère jusqu’à sa mort

L’indice le plus tangible penchent sur la survie des deux frères au moins. Pendant des années après l’évasion, la mère Anglin a reçu de manière continue des fleurs sans aucune carte jusqu’à sa mort en 1973. John et Clarence Anglin auraient également assisté aux funérailles de leur mère déguisés en femmes malgré la présence d’une armée d’agents du FBI.

2012 est le cinquantième anniversaire de leur évasion, mais Dyke ne croit pas qu’ils feront une apparition pour cette occasion, tout comme les soeurs Anglin. “Je crois vraiment qu’ils s’en sont sortis”, ajoute Marie Widner, “Je crois qu’ils sont en vie aujourd’hui. Je ne sais pas où ils sont. Je n’ai pas de nouvelles d’eux. Mais mon instinct me dit qu’ils vont bien”.

Aujourd’hui, à regarder la baie, on a du mal à croire que John, Clarence et Morris aient pu défier Alcatraz avec un bateau de fortune, rejoignant la côte sur les vagues puissantes qui auraient pu les faire disparaître dans le Pacifique en moins d’une heure.

Un million de personnes visitent chaque année cette prison mythique, où l’on voit encore les répliques des mannequins de papier censés prouver leur présence dans leurs lits qui ont couvert la fuite des trois lurons un jour de juin 1962.

Selon la loi américaine, les sentences pénitentiaires sont prescrites si les coupables atteignent l’âge de 100 ans. S’ils sont encore en vie, ils auraient 80 ans aujourd’hui.

En tous cas, si Michael Dyke les retrouvaient un jour, il leur dirait : “Super évasion! Vous êtes en état d’arrestation”. [Source]