Accueil Blog Page 2

La forêt maudite d’Aokigahara au Japon

Aokigahara Jukai, ou mer d’arbres, est une forêt qui repose au pied du Mont Fuji et regorge de légendes. Situé dans la préfecture de Yamanashi, le Mont Fuji est le plus haut volcan du Japon (3776 m). Il est aussi réputé pour ses flancs de lacs et de forêts. Localisée sur le versant nord-ouest de la montagne, Aokigahara Jukai en est l’une d’elles, née d’un torrent de lave lors de l’éruption de 864.

En dépit de sa jeune histoire (1 200 ans d’existence) et de sa surface (3 000 hectares), cette forêt profonde est devenue célèbre grâce (ou à cause ?) de ses légendes et des phénomènes mystérieux qui s’y déroulent.

3 000 hectares est une surface qui, normalement, peut être parcourue d’un bout à l’autre en marchant trois ou quatre heures. Et pourtant, dans cette étrange forêt, la tâche est impossible ! La légende dit que ceux qui se sont engagés dans cette mer végétale n’en sont jamais revenu. Aujourd’hui encore, beaucoup de randonneurs perdent leur chemin. Leurs squelettes, ou leurs corps à moitiés dévorés par « quelque chose », sont régulièrement retrouvés dans cette forêt profonde et obscure. Aussi, ceux qui partent à la recherche de ses corps disparus ou pour élucider le mystère de ce lieu se perdent à leur tour. Une vieille légende dit aussi qu’un grand nombre de chauve-souris vivent ici. Elles attaquent les promeneurs et tentent de les étouffer en leur couvrant le visage.

A lire aussi : Top 5 des lieux les plus hantés du monde

Aokigahara, la forêt maudite

Dans cette forêt, votre boussole perd le nord en vous indiquant le sud ou bien avec un écart de 90 degrés par rapport au nord. D’autres affirment que si vous suivez les indications de votre boussole, vous tournez en rond revenant ainsi à votre point de départ. Des dysfonctionnements provenant des outils de mesure digitaux ont aussi été remarqués.

Aokigahara est si dense que la lumière du soleil y pénètre très difficilement. Nombreux sont ceux qui affirment qu’il vous est impossible de vous diriger avec le soleil, car si vous levez la tête, vous ne voyez qu’une petite parcelle du ciel. A cause de la densité du feuillage, les GPS ne fonctionnent pas, bien que quelques personnes aient prouvé le contraire avec un GPS de meilleure qualité.

Étant très similaire, le paysage crée, dans votre esprit, une distorsion du sens de l’orientation. De ce fait, les différentes directions qui s’offrent à vous se ressemblent toutes. Si vous regardez devant vous pour marcher droit, vous risquez fortement de glisser et de chuter : le sol paraît solide alors qu’en vérité, il se trouve souvent à 30 ou 40 cm plus bas, sous un tapis de racines et de feuilles, lesquelles créent une toile donnant l’illusion d’un terrain parfaitement plat.

Aussi, cette forêt possède de nombreuses cavités énormes et profondes, formées par la nature même de sa base qui n’est que lave. Ces crevasses ouvrent largement leurs gueules sous la mousse et la végétation. Il est très facile de chuter à l’intérieur et de vous retrouver avec horreur, face à des squelettes qui moisissent là depuis fort longtemps. Aucune issue, ni aucun sauvetage n’est possible si vous êtes seul. Notons que d’étranges cavernes se terrent dans le sol de cette forêt. Plus étonnant, elles sont prisonnières des glaces y compris l’été.

D’autres, prisonniers de cet “enfer vert”, ont marché pendant des jours, croisant ici et là quelques squelettes et cadavres en décomposition, et sont morts affamés avant de servir de repas aux animaux sauvages. Tous ces phénomènes ainsi que d’autres faits divers ont créé toutes sortes de légendes à propos de monstres, de gobelins et de fantômes qui hantent cette forêt.

En 1959, l’écrivain japonais Seicho Matsumoto a écrit une nouvelle à propos de cette “magnifique forêt abandonnée et sauvage”, en affirmant qu’elle est l’endroit idéal pour mourir en secret et sans que l’on puisse retrouver votre corps. Cette nouvelle du nom de Kuroi Jukai (forêt noire) fut publiée dans un magazine. La nouvelle se termine avec le suicide des amants dans cette sombre forêt. Après la publication de cette nouvelle, l’endroit est devenu le lieu le plus réputé pour se suicider. Régulièrement, les corps sans vie de lecteurs suicidaires sont retrouvés là.

En 1993, un autre écrivain japonais du nom de Wataru Tsutsumi a publié un livre éloquent : Le guide complet du suicide. Ce livre décrit les différentes façons de se suicider ainsi que les risques liés à chaque méthode. Dans cet ouvrage, il recommande de se pendre par la corde. Il indique quelques endroits bien précis de cette forêt maudite. Selon lui, ce sont les meilleurs endroits pour éviter que l’on retrouve les corps, et ainsi conclure à une mystérieuse disparition. Après la publication de l’ouvrage, le taux de suicide augmenta fortement au Japon et beaucoup de ceux qui réussirent leur ultime voyage furent précisément retrouvés dans cette forêt aux endroits indiqués, avec à leurs pieds, l’ouvrage de Wataru Tsutsumi. Quelques-uns s’étaient pendus en position assise alors que d’autres étaient allongés ! Il y a quelques années, la photo d’un pendu fut publiée dans un journal. Il n’avait plus de jambes. Celles-ci furent, semble-t-il, dévorées par des animaux sauvages.

À cause d’un taux d’humidité élevé ainsi qu’à sa nombreuse population d’oiseaux et d’animaux sauvages, les corps pourrissent très rapidement au cœur de ce labyrinthe végétal. Un rapport fait mention d’une femme retrouvée trois jours après sa mort. Son corps dévoré par les fourmis et différents rongeurs fut totalement méconnaissable. Beaucoup de personnes venant camper ici et faisant face à d’effroyables scènes mettent ces terribles images sur internet, pour informer la population de la réalité de ces faits et ainsi dissuader les futurs candidats au suicide.

Quoi qu’il en soit, il y a aujourd’hui des randonnées organisées dans cette sinistre forêt permettant d’apprécier la nature sauvage. Les gens apprécient l’atmosphère mystérieuse de ce site et la beauté de la nature. Cependant, de nombreux panneaux signalétiques cloués sur les arbres par les autorités, portent d’étonnant messages tel que : “S’il vous plaît, contactez la police avant de décider de mourir. S’il vous plait, reconsidérez votre geste”.

De plus, ces panneaux vous avertissent de ne jamais sortir des chemins balisés, même sur une courte distance. Car vous pourriez chuter dans une crevasse, ou bien vous pourriez tomber nez-à-nez avec un squelette ou un cadavre fraîchement mort. Enfin, il vous sera extrêmement difficile de revenir sur vos pas. De nombreuses personnes commettent l’acte fatal à quelques mètres des chemins de randonnées. Pourquoi ? Par le fait qu’il est difficile de pénétrer en profondeur dans cette forêt. A certains endroits, une heure est nécessaire pour faire 300 mètres ! La végétation est tellement dense et épaisse qu’il suffit de s’enfoncer de quelques kilomètres pour prendre conscience qu’aucun son ne peut être entendu, exceptés les bruits de la forêt et le chant du vent…

Des sources affirment qu’il ne se passe rien de mystérieux dans cet enfer végétal et que les instruments de mesure (boussole, GPS…) fonctionnent parfaitement. Mais en vérité, beaucoup disent que ce discours des autorités n’est qu’une campagne de désinformation ayant pour but d’éloigner les curieux et de faire baisser le taux de suicide.

Malheureusement, le nombre de suicides en ce lieu damné semble augmenter d’année en année. En moyenne, entre 30 et 50 cadavres sont retrouvés chaque année. Certaines années, le score est malheureusement plus élevé.

Voici quelques chiffres :

– 1998 : Découverte de 73 cadavres
– 1999 : Découverte de 68 cadavres
– 2000 : Découverte de 59 cadavres
– 2001 : Découverte de 59 cadavres
– 2002 : Découverte de 78 cadavres
– 2003 : Découverte de 105 cadavres

Certains de ces corps ont pour origine le suicide alors que d’autres sont simplement des égarés. Il y a des groupes de personnes qui nettoient régulièrement la forêt de ses squelettes et de ses cadavres.  Pour ne pas se perdre, ces groupes spécialisés utilisent des rubans plastiques. Ces rubans sont déposés sur les chemins qu’ils empruntent, leur permettant, à la manière du Petit Poucet, de revenir à leur point de départ. Ces rubans sont ensuite laissés en place. Beaucoup de personnes ont réussi à sortir de ce labyrinthe et ont eu la vie sauve grâce à ces rubans. Si vous empruntez la nationale N139 qui longe la funeste forêt, vous pourrez noter la présence de nombreux rubans indiquant qu’un corps fut retrouvé là.

Aux abords de la forêt, se trouve un camp d’entraînement militaire. Certains de ses militaires conseillent de ne pas regarder la forêt durant les entraînements car elle semble vous attirer inexorablement entre ses griffes.

De nombreuses histoires font aussi mention de personnes qui furent témoins d’effroyables apparitions fantomatiques. Sans doute les esprits des suicidés qui seraient condamnés à hanter la sinistre forêt pour l’éternité. Aokigahara est considéré comme le site le plus hanté du Japon. On dit de ce lieu qu’il est le purgatoire pour les Yurei, des fantômes vengeurs qui ont été arrachés à la vie trop tôt par une mort violente tels que le suicide ou le meurtre. Ils hurlent leur souffrance à travers le vent. Les spiritualistes affirment que les arbres eux-mêmes sont imprégnés d’une énergie malveillante accumulés depuis des siècles. Cette énergie provient naturellement de tous ces malheureux qui se sont donné la mort. Ils feront tout pour vous attirer car ils ne veulent pas que vous repartiez de ce lieu maudit.

Malgré tout, des gardes forestiers y travaillent. Parfois, ils tombent sur des cadavres en état de décomposition, pendus ou partiellement dévorés par les animaux. Dans ce cas, les hommes sont dans l’obligation de les ramener au grand refuge d’Aokigahara. Les cadavres sont entreposés dans une pièce spéciale réservée à cet usage. Dans cette petite pièce, il y a deux lits : un lit pour le cadavre et un autre pour le garde forestier. Cela peut vous surprendre, mais il est dit que si le cadavre est laissé seul dans la pièce, l’effroyable Yurei qui l’habite criera toute la nuit et se déplacera dans les dortoirs du centre par l’intermédiaire du corps sans vie. Pour désigner quel garde forestier veillera sur le corps et dormira dans la pièce mortuaire, un tirage au sort est effectué.

En 2004, le réalisateur japonais Takimoto Tomoyuki réalise Ki No Umi (Mer d’arbres), dont la forêt maudite est justement le sujet (titre anglais : Jyukai, The Sea of Trees Behind Mont Fuji). L’histoire raconte le destin de quatre personnes qui décident de se suicider à Aokigahara. Durant les repérages du film, Takimoto raconta aux journalistes qu’il trouva un portefeuille contenant 370 000 yen (environ 2 300 euros) laissant ainsi supposer qu’Aokigahara est un terrain propice pour la chasse aux trésors. D’autres ont affirmé avoir trouvé des cartes de crédit et des permis de conduire.

Pourquoi les candidats au suicide sont-ils plus nombreux dans cette forêt chaque jour ? Pourquoi attire-t-elle autant de curieux ? Que ce passe-t-il réellement au cœur de ce labyrinthe végétal ? Quel est le mystère qui repose au cœur de cet océan de verdure ? Enfin, pourquoi Aokigahara fascine-t-elle toujours autant ?

Personne n’en est encore revenu pour le dire…

Top 5 des lieux les plus hantés du monde

0

Les lieux hantés font peur, mais attirent également, de par leurs mystères qu’ils renferment et les légendes urbaines qui attisent la curiosité et fait perdurer le mythe. Aujourd’hui, on vous présente un TOP 5 des lieux les plus hantés de notre planète. Ces endroits terrifiants sont chargés d’histoires et personne n’ose s’y aventurer. Alors êtes-vous téméraires et assez curieux pour aller passer vos prochaines vacances dans l’un de ces lieux hantés ?

1) Skirrid Mountain Inn

Les pubs sont populaires au pays de Galles. Si vous passez par le petit village de Llanvihangel Crucorney, assurez-vous de vous arrêter prendre un verre au Skirrid Mountain Inn, une taverne vieille de 900 ans. Vous y entendrez des histoires à vous donner la chair de poule.

Au total, on dit que 180 personnes furent pendues au-dessus de l’escalier. La salle d’audience où les causes étaient entendues était située au premier étage de l’auberge.

Aujourd’hui, des verres se mettent parfois à voler d’un bord à l’autre d’une pièce et des visages sont aperçus au travers des fenêtres.

Certains visiteurs ont rapporté avoir senti leur gorge se crisper en franchissant le cadre de la porte. Comme un nœud coulant se resserrant autour de leur cou.

2) L’Hôtel Stanley

Situé au pied des montagnes du Colorado, dans le décor enchanteur de la ville d’Estes Park, cet hôtel n’est pourtant pas apprécié de tous.

Plusieurs disent avoir détecté la présence de fantômes dans des pièces ou des corridors durant la nuit. Certains voyageurs ont affirmé avoir entendu des notes de piano – et même vu des touches du clavier en mouvement – provenant de la salle de bal. Freelan O. Stanley a bâti l’endroit au début des années 1900. Sa femme Flora était pianiste.

Mais si vous y réservez une chambre, ne vous inquiétez pas : ces revenants seraient, semble-t-il, inoffensifs!

Après y avoir séjourné, Stephen King s’est inspiré de l’endroit pour écrire le scénario de son ouvrage The Shining.

3) La forêt d’Aokigahara (Japon)

Il s’agit d’une immense forêt qui se situe au pied du Mont Fuji. La légende veut que quiconque entre dans cette forêt n’en ressorte jamais. Encore de nos jours, de nombreuses personnes se perdent dans la forêt, et des corps partiellement dévorés sont retrouvés. Les boussoles ne fonctionneraient pas, causant la disparition de nombreuses personnes. Il s’agit aussi d’un endroit où ont lieu de très nombreux suicides.

A lire aussi : La forêt maudite d’Aokigahara au Japon

4) La forêt de bambou Hei Zhu Gou (Chine)

Cette forêt de bambou se trouve dans une gorge profonde de la province de Sichuan. Les locaux surnomment cette gorge La terrible vallée de la mort. Le lieu est très mystérieux : des traces d’hommes primitifs y ont été retrouvées et un étrange squelette d’oiseau à deux têtes a également été découvert. De plus, plusieurs expéditions y sont rentrées pour ne jamais en ressortir.

5) L’île Poveglia (Italie)

Située près de Venise, cette île est considérée comme l’un des lieux les plus hantés d’Italie. Depuis l’époque Romaine, l’île servait de sépulture pour les victimes de la peste. Lors de la peste noire du 14ème siècle, les infectés étaient mis en quarantaine sur l’île. Près de 160 000 personnes y aurait trouvé la mort avant d’être incinérées. En 1922, un hôpital psychiatrique a été construit sur l’île, mais les patients se plaignaient de voir les fantômes des victimes de la peste. Le médecin résidant aurait alors pratiqué lobotomie et expériences médicales sur les patients.

Top 5 des légendes urbaines japonaises

0

Le Japon est une île lointaine et mystérieuse. Avant de devenir un pays rempli de buildings et de businessmen, c’était la contrée des samouraïs, des arts martiaux et … des légendes urbaines.

Une légende urbaine est une forme moderne de folklore, une histoire qui est parfois considérée comme vraie, mais pas toujours, par son narrateur. Ces légendes font partie de la mémoire collective. Bien évidemment, malgré son nom, une légende urbaine ne se déroule pas forcément dans une zone urbaine. Le terme est juste utilisé pour différencier l’histoire moderne de l’ancienne.

Les japonais sont friands de légendes urbaines et ils en possèdent d’innombrables, voici un TOP 5 des légendes urbaines japonaises les plus flippantes. A vous de voir si vous êtes toujours prêt à visiter le Japon après avoir lu ça.

1) Kuchisake-onna, la femme à la bouche fendue

Durant l’ère Heian (794-1185) vivait une très belle femme, épouse d’un samouraï fort jaloux. Mais elle était également peu fidèle. Le samouraï fini par découvrir les multiples tromperies de sa femme. Déshonoré et trahi, il décida de la tuer en lui fendant la bouche des commissures jusqu’aux deux oreilles, tout en lui hurlant “Qui te trouvera belle, désormais ?”.

Aujourd’hui, on raconte que la femme à la bouche fendue apparaît la nuit avec un masque chirurgical pour cacher son “sourire” et une longue paire de ciseaux. Lorsqu’elle rencontre un homme, elle lui pose la question “Suis-je belle ?”. Si il répond non, il est tué sur le champ. Si il répond oui, elle retire alors son masque et demande “Même comme cela ?”. Répondre non signifie encore une fois la mort. Si l’homme dit oui, elle le suit jusqu’à chez lui avant de le tuer devant le seuil de sa porte. Le seul moyen de lui échapper est de lui dire qu’elle est une femme ordinaire, ni belle ni laide.

A lire aussi : La forêt maudite d’Aokigahara au Japon

2) Le village Inunaki

Il s’agit d’un mystérieux village se trouvant quelque part au Japon. A l’entrée du village, on trouverait un panneau indiquant “les lois constitutionnelles du Japon ne s’appliquent pas ici”. Les habitants du village vivraient de manière assez spéciale puisque l’inceste, le cannibalisme et le meurtre y seraient monnaie courante.

Pour des raisons inconnues, les appareils électroniques ne fonctionneraient pas dans le village. Tous ceux qui s’y sont rendu n’en sont jamais revenu.

3) La poupée O-kiku Ningyou

Cette poupée appartenait à une petite fille de 3 ans, morte de maladie en 1918. La famille déménagea par la suite et, ne sachant que faire de la poupée, ils demandèrent au monastère Mannenji de s’en occuper car il s’agissait du jouet fétiche de leur petite fille. Plus tard, on fit remarquer à un des moines que les cheveux de la poupée étaient devenus plus longs. Après vérification, ceux-ci avaient en effet poussés !

Le moine décida donc de couper les cheveux de la poupée, mais ceux-ci devinrent encore plus longs. Les cheveux ont alors été analysés et seraient d’origine humaine ! La poupée renfermerait donc l’âme de la petite fille, et elle se mettrait parfois à sourire. Chaque année, une cérémonie a lieu en l’honneur de la fillette et les cheveux de la poupée sont coupés.

4) Hitobashira

Le mot Hitobashira signifie “piliers humains”. Au 17ème siècle, il était coutume au Japon d’enterrer des personnes vivantes dans les fondations ou les piliers des bâtiments. Ces sacrifices devaient contenter les dieux, qui bénissaient alors les constructions et leurs assuraient une vie plus longue.

Mais du coup, les bâtiments en question seraient toujours hantés par les esprits des pauvres bougres qui ont été enterrés.

5) Le tunnel Kiyotaki

Ce tunnel construit en 1927 serait hanté par les esprits des ouvriers morts durant sa construction, qui a eu lieu dans des conditions proches de l’esclavage. Le tunnel fait 444 mètres de long, ce qui le rend maudit puisque le chiffre 4 est un peu l’équivalent du chiffre 13 chez nous, sa prononciation étant la même que le mot “mort”.

Les fantômes du tunnel entreraient dans votre voiture pour vous faire peur, causant un accident. Chaque nouvelle victime se retrouverait coincée dans le tunnel, venant grossir le nombre d’esprits. Un miroir serait également disposé dans le tunnel. Si l’on voit un fantôme en regardant dedans, on meurt dans d’atroces souffrances.

Et pour en rajouter une couche, la longueur du tunnel changerait selon le moment de la journée !

Les nazis et le voyage dans le temps

0

Au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, les Nazis comptaient sur leurs scientifiques pour développer des armes si révolutionnaires qu’elles pourraient changer le cours de la guerre. Plusieurs témoignages font état d’un audacieux projet de voyage dans le temps, baptisé «Die Glocke» (la cloche).

Ce projet a-t-il réellement été mené à bien ? C’est la réponse à cette question que cherche Giorgio Tsoukalos depuis la Pologne jusqu’en Transylvanie.

Die Glocke (la cloche en français)

Die Glocke (la cloche en français) était le nom de code d’un projet top secret qui aurait été développé par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Cette mystérieuse machine aurait été une expérience de système de propulsion anti-gravité.

Ce site top secret des nazis se situe près de la mine de charbon de Ludwigsdorf .

De nos jours, des vestiges de l’expérience sont encore présents sur le site. Elle aurait nécessité une quantité très forte d’énergie, ce qui explique qu’une centrale électrique thermique ait été construite à proximité en 1941. Selon certaines rumeurs, cette cloche serait réapparue en 1965 à Kecksburg (USA) soit 20 ans après sa disparition en 1945, et récupérée secrètement par l’armée US qui a étouffé l’affaire.

En fait, ce thème appartient à la mythologie qui entoure les activités de certaines officines nazies telles que l’Ahnenerbe et qui ont alimenté tant les fantasmes des amateurs d’ésotérisme que l’imagination des auteurs de science-fiction et d’uchronie.

Les derniers secrets des Nazis

Le document revient sur le parcours de résistants, d’espions et de citoyens anonymes qui ont fait preuve d’un grand courage pour informer les Alliés dès le début du génocide et tout au long de la guerre. Parmi eux, l’histoire de Witold Pilecki, résistant polonais qui a volontairement orchestré sa déportation au camp d’Auschwitz, ou celle d’Eduard Schulte, industriel allemand, l’un des premiers à avoir alerté les Alliés sur la solution finale.

La deuxième partie raconte comment les criminels nazis, au moment de la capitulation, se sont organisés pour échapper à la justice. Enfin, zoom sur une bataille de l’ombre opposant Anglais, Américains, Russes et Français pour la technologie de pointe allemande.

«Histoire interdite» révèle ces héros méconnus qui ont alerté, en vain, les Alliés sur l’Holocauste. En 1940, Witold Pilecki, résistant polonais, se fait volontairement arrêter pour pouvoir témoigner de l’existence des camps. Il est déporté à Auschwitz. Grâce à lui, les Anglais sont informés dès mars 1941 des effroyables conditions de détention. Le 24 août de la même année, Churchill évoquera « un crime qui n’a pas de nom ».

Un an plus tard, en août 1942, un industriel allemand, Eduard Schulte, avertit anonymement Stephen Wise, représentant américain du Congrès juif mondial, de la mise en œuvre de la solution finale. Le projet d’une « extermination de grande ampleur » est rendu public lors d’une conférence de presse à New York le 24 novembre 1942. Mais l’horreur et l’ampleur du crime n’apparaîtront au grand jour qu’en avril 1945, quand Eisenhower libérera le camp d’Ohrdruf. Il écrira : « Ce que j’ai vu est au-delà de toute perception. »

Le 8 mai 1945, le régime nazi capitule. Lorsque le monde découvre l’horreur des camps d’extermination et de la barbarie nazie, des questions se posent : que savaient les Alliés ? De quelle façon ont-ils été informés ?

Le mystère du diamant bleu Hope

Le diamant bleu de Hope est sans doute l’un des diamants les plus connus au monde. Il est de plus un vrai mystère scientifique et aurait porté malheur à chacun de ses propriétaires.

Aujourd’hui, ce dernier bénéficie d’une nouvelle monture, des joailliers ont en effets demandé au peuple américain de choisir parmi de nombreuses montures, celle qui irait parfaitement à ce diamant, ce que ces derniers ont fait.

Le Hope est une pierre unique, tous se bousculent donc pour la voir. Sa légende a dépassée les frontières et comme nous l’avons vu, de nombreuses histoires plus mystérieuses les unes que les autres l’entoure.

Les scientifiques l’ont observé sous certaines lumières et ils se sont rendus compte que ce dernier émettait une lumière rouge pendant presque une minute complète. Cela n’avait jamais été observé sur aucun diamant auparavant, ce qui les a donc laissé perplexes. Ils en sont donc venus à la conclusion que ce diamant possédait une caractéristique qui le rendait totalement différent des autres, son intensité étant tout à fait remarquable.

La malédiction du diamant bleu Hope

C’est là que nous arrivons à la légende du diamant. Evalyn Walsh McLean a été détentrice de ce dernier en 1910, il lui avait été vendu par Pierre Cartier lui-même. Il lui a dit que la pierre avait été dérobée par un Français sur la statue d’une déesse qui était elle-même située dans un Temple Indien. Mais le voleur avait finit sous les crocs de chiens sauvages. Depuis, chaque propriétaire du diamant avait été frappé par une malédiction.

Une reine Française avait été mise à mort sous la guillotine, une famille riche qui l’avait acquis s’était trouvée ruinée en peu de temps etc. Evalyn Walsh McLean était subjuguée, elle voulait en savoir plus et surtout, acquérir cet objet magnifique. Elle l’a donc acheté pour cent quatre vingt mille dollars mais a fait promettre à Cartier de la rembourser si toutefois la malédiction s’abattait sur elle avant une période de six mois. Ce que ce dernier a accepté.

Evalyn Walsh McLean était une femme riche, elle avait tout ce qu’elle voulait, des maisons, de l’argent à profusion et des biens en quantité. Aussi, il ne lui manquait que ce diamant pour parfaire sa collection de femme comblée. Peu d’ailleurs avaient à ce moment-là les moyens financiers de s’offrir ce genre de cadeau.

Elle donnait également de grandes fêtes auxquelles était convié le gratin du pays. Pendant ces dernières, elle se plaisait à se pavaner avec son nouveau diamant. Mais malheureusement pour elle, tout n’allait pas rester tout rose. C’est en effet dix ans après son acquisition que sa vie s’est vue changer du tout au tout puisque sa famille a commencée à connaître de sérieux déboires.

Le mystère du diamant bleu Hope

Jean-Baptiste Tavernier aurait pu être celui à l’origine de la découverte du diamant. Il s’était en effet rendu en Inde pour chercher des pierres précieuses. Il aurait visité un Temple dans lequel était disposée une immense statue et à la place de ses yeux, des diamants. Il en aurait volé un puis s’en serait retourné vers la coure du Roi de France pour lui présenter.

Ce dernier lui aurait acheté sans négocier, mais l’aurait fait retailler par soucis de perfection. La pierre est ainsi devenue resplendissante et le plus beau diamant du monde était né. Puis ce dernier est tombé dans l’oubli pendant quelques temps, soit jusqu’en 1749. Puis c’est Marie-Antoinette qui a récupéré la pierre, celle qui nous l’avons vu plus haut a été guillotinée.

Les Hope, ceux qui ont donné le nom au diamant, ont également connu la crise après l’avoir acheté. Ils ont en effet vu leur fortune diminuer dangereusement et ont fini par tout perdre. Les McLean ont eu le Hope peu après nous l’avons vu et quelques années après, leur petit garçon est mort, puis ils se sont retrouvés ruinés. Le père de famille est ensuite parti avec une autre femme et Evalyn s’est retrouvée seule au monde et désespérée, jusqu’à ce qu’elle soit internée. Son aînée s’est quant à elle suicidée à vingt-cinq ans seulement. Triste destin pour cette famille qui avait tout. A sa mort, le diamant a été vendu.

Harry Winston a ensuite racheté le diamant. Ce grand joaillier connaissait l’histoire de ce dernier et a décidé d’en faire don à un institut, qui l’a accepté. Il l’a fait envoyé par courrier ce qui a étonné le monde entier, car le colis était d’une valeur inestimable. Bref, la pierre a très vite été exposée au public, pour son plus grand plaisir.

Quelques temps plus tard, le transporteur qui s’était chargé de livrer le colis a été heurté par une camion et quelques temps après, il a perdu son épouse qui elle a été brûlée dans un incendie.

Cette malédiction est-elle bel et bien réelle ? Ou a-t-elle été inventée de toute pièce afin que le Hope soit mieux vendu ? Il semble que nous ne connaîtrons jamais le fin mot de cette histoire et que les mystères qui entourent ce diamant soient éternels.

La malédiction du club des 27

0

Jimi Hendrix, Jim Morrison, Kurt Cobain ou encore Amy Winehouse. Tous ont quelque chose en commun: l’âge de leur mort. Il font depuis parti d’un cercle très fermé dont aucun artiste ne souhaite appartenir: le Club des 27.
Retour sur un phénomène faisant désormais parti de l’inconscient collectif, ainsi que la liste des personnalités mortes à 27 ans faisant parti du Club des 27.

Entre Juillet 1969 et Juillet 1971, le mouvement du rock envahis les ondes. Nombreux sont les artistes du rock arrivés à leur apogée et adulés par des fans. Les concerts des groupes comme les Rolling Stones ou The Doors provoquent des foules en délire! Mais très vite, une vague d’événements tragiques va venir attrister une masse d’idole, et intriguer les esprits.

Les premiers disparus du club des 27: le début de la malédiction

Brian Jones

Tout commence le 3 Juillet 1969. Brian Jones, fondateur des Rolling Stones, est retrouvé mort au fond de sa piscine par une amie qu’il avait invité. Deux années auparavant, il commence à connaitre une sombre période ou la drogue et ses échecs sentimentaux l’empêche progressivement de jouer correctement. Son caractère changeant et son train de vie amènent Keith Richards, guitariste du groupe, à lui dire qu’il n’atteindrais pas les 30 ans.

Sous la pression de ce dernier et celle de Mick Jagger, il quittera le groupe en Juin 1969. Sa mort devient alors source de rumeur. Certains iront jusqu’à dire qu’il a été victime d’un meurtre auquel Mick Jagger et Keith Richard auraient participé. Cependant, un nom reste cité à multiple reprise: il s’agit de Franck Thorogood, un maçon venu effectué des rénovations à la résidence de Brian Jones. En effet, suite à un conflit survenu dans la nuit du 3 au 4 Juillet, les deux hommes commencent à boire avant de plonger dans la piscine.

Mais Brian Jones, pensant aller dormir peu avant que le conflit éclate, avait pris des somnifères. Le mélange de ces substances auraient il suffit à provoquer sa mort? Ou Franck Thorogood l’y aurait-il aider? Le médecin appelé sur les lieux du drame prononce alors la mort, mais le rapport d’autopsie conclut à un accident. Il sera enterré 7 jours plus tard, il n’avait que 27 ans.S’ensuit alors une série de drames presque similaires venant bouleverser la scène musicale, et plus particulièrement du genre rock et du blues.

Jimi Hendrix

En effet, un peu plus d’un an plus tard, le 18 septembre 1970, Jimi Hendrix est retrouvé mort dans un hôtel à Londres. La cause officielle de sa mort serait due à une overdose par barbituriques qu’il aurait consommé avec de l’alcool. Il mourra alors par asphyxie pendant son sommeil, noyé dans son vomis.

Mais la rumeur prétend qu’il s’agirait d’un homicide mis en oeuvre par son manager qui l’aurait fait prendre de l’alcool avec des barbituriques de force. Jimi Hendrix sera enterré le 1er octobre 1970. Lui aussi n’avait alors que 27 ans.

Janis Joplin

Trois jour après l’enterrement d’Hendrix, c’est au tour de Janis Joplin. Nous sommes le 4 octobre 1970, lorsqu’elle est retrouvée morte d’une overdose d’héroïne dans sa chambre d’hôtel. Elle travaillait la veille sur un album du haut de ses 27 ans.

Jim Morrisson

Presque 1 an s’écoule après la disparition de Joplin. Nous sommes le 3 Juillet 1971 lorsqu’un nouveau drame se produit, contribuant à laisser dans l’esprit des gens la légende du club des 27: le cofondateur des Doors, Jim Morrisson, et retrouvé mort dans son bain des suites d’une crise cardiaque. Les circonstances de son décès restent cependant mal élucidées. Ses valeurs qualifiées d’immorales par certains ainsi qu’un succès trop fulgurant du groupe lui font perdre pied.

Sombrant dans l’alcool, saturé par un procès ayant pour cause des dérapages lors d’un concert du groupe à Miami, mais aussi épuisé par le rythme du milieu musical, il partira se reposer en France ou ses excès auront eu raison de lui, selon la version officielle. Mais les rumeurs vont bon train, d’autant qu’aucune autopsie n’a été réalisée sur le cadavre.Certaines versions supposent en effet la prise d’héroïne ayant conduit à sa mort.

La légende du club des 27 devenue réalité:

Kurt Cobain

Dès la mort de Jim Morrisson, le mythe des 27 commence a faire parler. Mais il faudra attendre 13 longues années pour raviver l’étrange légende de ce fameux club, avec la mort du célèbre Kurt Cobain, à l’époque leader du groupe de rock Nirvana.

Le 8 Avril 1994 le corps de Kurt Cobain est découvert avec à ses côtés une lettre et un fusil. Le rapport d’autopsie évoque un suicide d’une balle dans la tête. Egalement, il avait 27 ans et l’origine de sa mort fut largement controversée. Outre la version officiel, l’hypothèse du meurtre est également mise en avant.

Amy Winehouse

Le temps passe et le Club des 27 ne fait plus parler de lui. Pour l’inconscient collectif, la légende serait-elle brisée? Le mythe devient presque une histoire ancienne jusqu’au 23 juillet 2011: Amy Winehouse trouve la mort des suite d’abus d’alcool. Adepte aussi des substances illicite, elle aurait eu 28 ans le 14 septembre. La mort l’a rappelée avant.

D’autres artistes sont partis à l’age de 27 ans, mais leur mort n’aura pas été autant médiatisée. Cependant la malédiction du club des 27 est-elle enfin levée? L’avenir seul pourra nous le dire… [Source]

OSNI et OANI, ces objets immergés non-identifiés

0
https://www.dailymotion.com/video/x20siqh_doc-o-a-n-i-objet-aquatique-non-identifie-chasseurs-d-ovnis_tech

OVNI, OANI, USO

Le terme USO, Unidentified Submerged Object, est employé en anglais afin de désigner les OVNI qui sont observés dans un contexte en lien avec des étendues d’eau. En français, il existe plusieurs dénominations telles que OANI, Objet Aquatique Non Identifié, ou OSNI pour Objet Sous-marin ou Submergé Non Identifié.
Nous connaissons bien les OVNI volants vue les nombreuses observations faites depuis la nuit des temps, par contre, nous parlons beaucoup moins d’engins sous-marins mystérieux.
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les forces navales du monde entier ont fréquemment relevés la présence d’engins sous-marins dont les performances sont bien supérieures à tout ce qu’elles possèdent elles-mêmes, c’est le même cas de figure entre les performances de la flotte aérienne et celles de certains OVNI.

La forme des OVNI

Les formes observées ne semblent pas différer de celles d’OVNI habituels en anneaux, sphères, disques, soucoupes, triangles.
Les cas d’observation en profondeur marine sont obtenus le plus généralement par l’armée, discrète sur le sujet, au moyen des sonars qui ont d’ailleurs leurs propres limites et défauts. Il semble donc bien difficile de connaître la véritable proportion de cas ufologiques strictement liés aux étendues d’eau.

Un phénomène répandu

Le phénomène se retrouve partout dans le monde et selon les différents cas mis à jour, il ne semble pas y avoir d’endroit privilégié, mais d’après une sorte de consensus ufologique qui reste à définir, ces engins non identifiés seraient plus nombreux dans les eaux scandinaves et la côte Est de l’Amérique du Sud.
Il faut se dire que de nombreux engins non rien de mystérieux, car les grandes puissances passent leurs temps à s’espionner et beaucoup d’OSNI ne sont sans doute que des engins militaires.
Par contre, certains témoignages sont troublants. Sur plus de 3000 cas retenus pour l’analyse statistique, il ressort que les cas avérés mais inexpliqués représente 22% de l’ensemble, et que ce taux atteint 38% pour les rapports faits par des observateurs militaires qualifiés comme les pilotes, les contrôleurs, les services de sécurité…, sans compter les cas observés par des marins ou d’autres personnes sur la côte, en profondeur marine, dans les eaux douces et autres mers du globe.

L’affaire de Catalina Island en Californie

Dans cet épisode, l’équipe enquête sur un incident survenu en 1966 à Catalina Island, en Californie. En mission pour prendre des photographies de l’île de Catalina, pour l’US Navy, Leland Hanson, des gardes-côtes américains, était à bord d’un hélicoptère quand il a filmé cet objet qui a tout d’abord plané, puis filé à travers toute la longueur de l’île.
Autre affaire. En 1967, aux alentours de 23H00, Laurie Wickens et 4 de ses amis roulent à travers la petite ville de Shag Harbour au Canada en empruntant la route n° 3. Tout d’un coup, un objet de grande taille traverse le ciel devant eux. Rapidement, l’objet finit sa course dans les eaux du port où il s’écrase en produisant un flash lumineux, ainsi qu’une importante déflagration sonore. Patrouillant sur la route n° 3 au même moment, l’agent de Police Ron Pond est également témoin des mêmes faits.

La résurrection est-elle possible ?

0
https://www.dailymotion.com/video/x4usdu9_alien-theory-s09e06-resurrection-alien-resurrections_tv

D’un point de vue scientifique, on a vu des micro-organismes ressusciter au bout de plusieurs semaines. Allons-nous décoder les mystères de la vie, de la mort et de la résurrection pour un jour entrer en communion avec des êtres extraterrestres ?

La mort physique comprend la séparation du corps avec celle de l’âme. Ce phénomène soulève donc un sérieux problème, car sans corps physique, nous devenons des êtres incomplets. Toutefois, la résurrection c’est plus qu’un cadavre qui reprend vie, c’est le moment miraculeux où notre vieux corps est recréé.

La résurrection prend la mort au sérieux, dans son terrible laconisme, soutenant l’ensemble des réponses à la mort, autant celles par lesquelles nous nous rassemblons face à elle pour ne rien perdre de ce que nous aimons, que celles par lesquelles nous nous dépouillons de tout souci de soi. Elle soutient la pluralité des formes de mémoire, depuis la mémoire collective, comme la généalogie des peuples, jusqu’aux narrations les plus individualisées.

Résurrection croix

La résurrection possible en 2045 ?

Dans 30 ans, la résurrection d’entre les morts deviendra possible, considère le créateur l’ambitieuse entreprise Himai, Josh Bocanegra. Avec son siège à Los Angeles, la société s’occupe des recherches dans le domaine du génie génétique et de la robotique, rapporte le site Daily Mail.

Arrêter le vieillissement des cellules, n’est pas possible, ce processus étant tout à fait naturel. Pour cela, Josh Bocanegra mise sur le cerveau. Il propose de le congeler après le décès pour être ultérieurement transplanté dans un corps bionique. La création de cet “avatar”, selon lui sera possible en 2045.

Qui plus est, le directeur de Himai promet qu’à l’avenir l’homme vivra au moins 500 ans.
Pour s’assurer une vie éternelle, il faut signer un contrat avec Humai. Or, seules les personnes aisées pourront se le permettre. La communauté scientifique est divisée sur les projets de l’Américain. Les uns disent que l’idée est théoriquement fondée, de nos jours on conçoit déjà des prothèses contrôlés par la puissance de la pensée. D’autres, se sont montrés sceptiques, précisant qu’aucun progrès dans le domaine de la génétique et dans les nanotechnologies ne rendront l’homme éternel.

Crimes inexpliqués et morts mystérieuses

0

Le monde actuel semble basculer vu le nombre croissant de morts inexpliquées. Ainsi, des meurtres par calcination sont réalisés, alors que rien n’a brûlé tout autour du cadavre. Ces crimes sont d’autant plus difficiles à expliquer, qu’il n’y a souvent aucun indice. D’autres personnes se retrouvent couvertes de sang, sans aucune blessure apparente.

Mais alors comment expliquer ces faits ?

Faits paranormaux ou vrais crimes, la question reste entière. Le corps humain est-il en mesure de se consumer seul ? Le cerveau peut-il commander des actes horribles, alors que la personne semble dormir ? Somnambulisme, possession, envoûtement ou faits réels, cette émission lève enfin le voile sur ces phénomènes paranormaux restés sans réponse.

Sur une période de 10 ans, plus de 300 personnes, ne souffrant d’aucun problème de santé connu, sont mortes subitement dans le monde entier. Quel peut être leur point commun ? Pourquoi les recherches, menées par plusieurs laboratoires, n’ont rien donné pendant 10 ans ? Pourquoi, aujourd’hui encore, trop peu de personnes connaissent la vérité ? Médecins et proches des victimes témoignent.

Les causes d’extinctions de la race humaine

0

L’expression « fin du monde » désigne le moment supposé d’une destruction de l’univers, de la Terre, ou de la seule humanité.

On retrouve ce thème dans de nombreuses religions, philosophies et mythologies.

Extinction de l’Homme

Elle peut tout d’abord découler de l’activité humaine (pollution, épuisement des ressources naturelles, effet de serre). Le réchauffement climatique est susceptible d’entraîner une diminution de l’oxygène dans l’air par mort du plancton et une libération de sulfure d’hydrogène mortel pour la majorité des organismes.

En dehors des effets de l’activité humaine, toute espèce est amenée à disparaître suivant les lois de l’évolution. L’espèce humaine est la dernière branche des Homo, ce qui indiquerait une évolution en « impasse », une extinction dans quelques centaines de milliers d’années (bien que le fait que certaines espèces animales soient quasiment inchangées depuis des millions d’années peut relativiser la chose). Voir aussi l’argument de l’apocalypse, une théorie probabiliste.

A lire aussi : Comment sera la Terre en 2075 ?

Destruction de la Terre

Concernant la destruction de la planète, ou en tout cas d’une grande partie de toutes les formes de vie, plusieurs scénarios sont évoqués :

Série d’impacts suite à la collision de la Terre avec un astéroïde géocroiseur ou une comète.

Ce scénario inquiétant fait partie des hypothèses les plus sérieuses pour expliquer l’extinction des dinosaures ainsi que d’autres extinctions passées, et fait l’objet d’une attention particulière.

Une intervention humaine serait éventuellement susceptible de l’éviter : bombe, laser, voile solaire, collision cinétique, propulsion classique, solaire, ionique… afin de dévier, accélérer, ralentir, ou détruire l’astéroïde dangereux.

De ce fait, certains organismes scrutent le ciel afin de repérer les astéroïdes qui seraient susceptibles de frapper la Terre à plus ou moins longue échéance.

La fréquence de ce type de phénomènes semble relativement brève à l’échelle astronomique : de quelques centaines de milliers d’années à quelques centaines de millions d’années selon les énergies d’impact. Beaucoup de traces, bien qu’érodées par le temps, sont encore visibles sur la surface terrestre.

Le refroidissement du noyau terrestre entrainant la fin du champ magnétique terrestre.

La fin du champ magnétique laisserait le vent solaire pénétrer dans l’atmosphère terrestre, bombardant la surface terrestre de particules énergétiques dont l’augmentation deviendrait potentiellement dangereuse. Les formes de vies alors présentes à cette époque devront se protéger ou périr. Cependant, la diminution du champ magnétique devrait être extrêmement progressive, laissant à l’évolution le temps de faire son œuvre. L’étude de l’histoire terrestre montre qu’une inversion de champ magnétique n’a jamais eu de conséquence fâcheuse sur les espèces. Mais inversion n’est pas disparition.

La disparition de l’atmosphère par fuite vers l’espace.

La Terre perd actuellement environ 3 kg d’hydrogène et 50 g d’hélium par seconde ce qui est très peu mais une petite fuite finit par peser aux échelles de temps géologiques.

Plusieurs phénomènes se conjuguent pour expliquer ces fuites auxquelles, par exemple, est due la très faible pression actuelle sur Mars. Ainsi, il est prévu, concomitamment à l’augmentation de la luminosité du Soleil, que la Terre devienne un désert total dans environ 2 milliards d’années après que les océans se seront asséchés.

L’évolution stellaire indique que le Soleil durant « sa vie » sur la séquence principale, augmente lentement sa puissance au rythme de 1% tout les 90 à 100 millions d’années.

Dans environ 1 milliard d’années, le climat de type terrestre ne pourra plus être maintenu, et la Terre deviendra une étuve. Ensuite, la vapeur d’eau sera progressivement décomposée par les ultraviolets solaires en hydrogène et oxygène, l’hydrogène finira par s’échapper dans l’espace et l’oxygène à se combiner aux roches de par les hautes températures de surface.

La Terre connaitra alors un destin similaire à sa « planète sœur » Vénus.

Au bout de cette lente augmentation de la puissance solaire, le Soleil quittera alors la séquence principale, et sa puissance augmentera encore plus vite comme sa taille. Il passera par une phase de géante rouge et verra son volume considérablement augmenter.

Comment sera la Terre en 2075 ?

0

En 2075, le niveau des océans a augmenté, ravageant les cultures, inondant nombreux pays, régions et îles. Les réfugiés climatiques, comme les qualifie le docu-fiction, se comptent par millions.

Le continent africain est devenu un immense désert. Le soleil brûle tout. Plus rien ne pousse. La population, dont Idrid et Faouzi constituent un exemple, est poussée à l’exode.

Le Nord se trouve alors confronté à l’arrivée massive de millions de réfugiés venus du monde entier. Des millions d’apatrides qui se rassemblent dans des camps où les candidats à l’immigration sont choisis selon des critères drastiques : état de santé conforme aux normes européennes, jeunesse, force physique et caractère docile…

A lire aussi : Les causes d’extinctions de la race humaine

Comment sera la Terre en 2075 ?

Les grandes villes du monde ont interdit l’automobile; les grands axes sont occupés par des lignes de tramways et recouverts de bâches blanches pour limiter les effets dévastateurs d’un ensoleillement quasi-permanent. 80% de la population mondiale vit désormais dans les villes.

Dans le bordelais, l’augmentation de la température, le manque de pluie et les invasions de crickets mettent en péril les vignobles qui se transforment progressivement en orangeraies… Et même les orangeraies n’ont plus assez d’eau. Ailleurs, c’est la pluie qui fait des ravages, menaçant les digues, inondant des villes.

Un terrible scénario pour la Terre du futur

Dans le grand Nord, 100 000 km de banquise disparaissent chaque année. La fonte des neiges a ouvert une nouvelle route maritime entre le pacifique et l’atlantique. La pollution, les guerres, les changements climatiques, la déforestation ont eu raison de 40 % des espèces animales. L’eau, denrée rare, est devenue l’objet de guerres.

L’humain est la plus détestable des espèces qui peuplent la Terre.

Si l’humain est bien au centre des préoccupations du film, il n’est pas inutile de constater que le film “2075” diffuse une idée, souvent répétée comme un leitmotiv. Une idée qui finit par s’insinuer dans les consciences contemporaines: l’humain est la plus détestable des espèces qui peuplent la Terre.

Dans le film, le personnage de la vieille zoologiste canadienne, Grace Lajoie, dit même de l’humanité: “L’homme est un nuisible. Je fais tout pour oublier que j’appartiens à cette race cupide!” Et pourtant, si on veut “sauver les meubles”, ne faudrait-il pas que l’humanité commence par se réconcilier avec elle-même? Car le plus fragile des protagonistes du drame qui est en train de se jouer c’est bien l’humanité.

Et des 10 milliards d’humains évoqués pour 2075, la population de la Terre pourrait bien s’en trouver amputée d’une grosse partie, à l’échelle de quelques générations, à l’aube du siècle prochain, diminution conséquence des impacts sociétaire des réchauffement climatique.