OSNI et OANI, ces objets immergés non-identifiés

OVNI, OANI, USO

Le terme USO, Unidentified Submerged Object, est employé en anglais afin de désigner les OVNI qui sont observés dans un contexte en lien avec des étendues d’eau. En français, il existe plusieurs dénominations telles que OANI, Objet Aquatique Non Identifié, ou OSNI pour Objet Sous-marin ou Submergé Non Identifié.
Nous connaissons bien les OVNI volants vue les nombreuses observations faites depuis la nuit des temps, par contre, nous parlons beaucoup moins d’engins sous-marins mystérieux.
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les forces navales du monde entier ont fréquemment relevés la présence d’engins sous-marins dont les performances sont bien supérieures à tout ce qu’elles possèdent elles-mêmes, c’est le même cas de figure entre les performances de la flotte aérienne et celles de certains OVNI.

La forme des OVNI

Les formes observées ne semblent pas différer de celles d’OVNI habituels en anneaux, sphères, disques, soucoupes, triangles.
Les cas d’observation en profondeur marine sont obtenus le plus généralement par l’armée, discrète sur le sujet, au moyen des sonars qui ont d’ailleurs leurs propres limites et défauts. Il semble donc bien difficile de connaître la véritable proportion de cas ufologiques strictement liés aux étendues d’eau.

Un phénomène répandu

Le phénomène se retrouve partout dans le monde et selon les différents cas mis à jour, il ne semble pas y avoir d’endroit privilégié, mais d’après une sorte de consensus ufologique qui reste à définir, ces engins non identifiés seraient plus nombreux dans les eaux scandinaves et la côte Est de l’Amérique du Sud.
Il faut se dire que de nombreux engins non rien de mystérieux, car les grandes puissances passent leurs temps à s’espionner et beaucoup d’OSNI ne sont sans doute que des engins militaires.
Par contre, certains témoignages sont troublants. Sur plus de 3000 cas retenus pour l’analyse statistique, il ressort que les cas avérés mais inexpliqués représente 22% de l’ensemble, et que ce taux atteint 38% pour les rapports faits par des observateurs militaires qualifiés comme les pilotes, les contrôleurs, les services de sécurité…, sans compter les cas observés par des marins ou d’autres personnes sur la côte, en profondeur marine, dans les eaux douces et autres mers du globe.

L’affaire de Catalina Island en Californie

Dans cet épisode, l’équipe enquête sur un incident survenu en 1966 à Catalina Island, en Californie. En mission pour prendre des photographies de l’île de Catalina, pour l’US Navy, Leland Hanson, des gardes-côtes américains, était à bord d’un hélicoptère quand il a filmé cet objet qui a tout d’abord plané, puis filé à travers toute la longueur de l’île.
Autre affaire. En 1967, aux alentours de 23H00, Laurie Wickens et 4 de ses amis roulent à travers la petite ville de Shag Harbour au Canada en empruntant la route n° 3. Tout d’un coup, un objet de grande taille traverse le ciel devant eux. Rapidement, l’objet finit sa course dans les eaux du port où il s’écrase en produisant un flash lumineux, ainsi qu’une importante déflagration sonore. Patrouillant sur la route n° 3 au même moment, l’agent de Police Ron Pond est également témoin des mêmes faits.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de