Un jour, nous irons sur Mars

Plusieurs missions se sont satellisées autour ou posées sur Mars, comme les deux atterrisseurs Viking en 1976, le satellite Mars Express toujours en fonctionnement en 2015 après plus de 12 ans d’activité, ou le module Beagle 2 qui lui connut un échec lors de son atterrissage.

Une mission d’exploration des plus importantes est celle appelée Mars Exploration Rover2, en fait 2 astrovéhicules, Spirit et Opportunity ; partis pour travailler pendant 3 mois, ce dernier est toujours en fonctionnement en 2015 après plus de 11 ans d’exploration. Ces engins, mobiles grâce à des roues, se sont posés sur le sol martien pour y faire des analyses, en particulier la recherche de traces d’eau liquide dans le passé de cette planète.

Voyage Mars

C’est Thomas Pesquet qui va nous faire partager sa véritable passion pour l’exploration et l’espace.

C’est lui qui narre – par le truchement d’une voix off qui ressemble d’ailleurs beaucoup à la sienne – la longue et fastidieuse prépa­ration intellectuelle, technique, physique et psychologique qui aura précédé son départ pour la station orbitale. Au sein d’une équipe internationale, il a fait seize fois par jour le tour de la Terre à la vitesse de 28 000 km à l’heure…

Espace, l’odyssée du futur fait intervenir de nombreux scienti­fiques, dont aucun, sans pour autant simplifier ses dires, ne ­jargonne. On apprend mille choses, et rien n’est éludé.

Thomas Pesquet
Thomas Pesquet a passé six mois à bord de la station spatiale internationale ISS

L’astronaute français, pilote de ligne de formation, a décidément l’étoffe d’un héros. Beau gosse, polyglotte (il parle remarquablement l’anglais et a appris le russe…), sportif, calme (y compris dans les si­tuations de grand stress auxquelles des exercices inhumains l’ont ­préparé), d’une clarté remarquable dans ses propos et hautement charismatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*