Les mystères des pyramides chinoises

L’existence de « pyramides » en Chine est restée totalement inconnue du monde occidental jusque dans les années 1910. Elles furent découvertes en grand nombre autour de Xi’an, capitale de la province du Shaanxi, dans le centre de la Chine,  d’une part en 1912 par Fred Meyer Schroder et Oscar Maman, et d’autre part en 1913 par la Mission Segalen.

En 1945, un pilote américain du nom de James Gaussman aurait pris dans les Monts Qinling une photographie aérienne de ce qu’il qualifia de « grande pyramide blanche », qu’il n’a pas été possible d’identifier ni de situer avec certitude jusqu’à présent.

Les plus grands d’entre eux n’avaient rien à envier dans leur démesure à ceux des Égyptiens. La tombe de Qin , le premier empereur de Chine, mesurait ainsi 350 m de côté et 70 m de haut…

Leur hauteur varie généralement de 25 à 100 mètres, et leur sommet est souvent tronqué; la « Grande pyramide blanche », dont l’existence est controversée, aurait une hauteur de 300 mètres, ce qui la placerait en tête de toutes les pyramides du monde.

Contrairement aux pyramides d’Égypte faites de pierres, les édifices chinois étaient construits en couches successives de terre, qui étaient damées de manière à les rendre aussi dures que du béton.

Des milliers de vies humaines ont été sacrifiées pour parachever la construction de ces tombeaux. Les empereurs des dynasties qui ont succédé à Qin ont décidé de poursuivre la tradition et de faire construire d’immenses mausolées bâtis sur le même modèle.

Les pyramides chinoises, des tombeaux enfouis

Pyramides chinoises

Persuadés qu’ils pouvaient vivre éternellement, les empereurs imaginaient des tombeaux constitués d’interminables couloirs, de nombreuses pièces, avec des ouvertures dans les murs et dans les cercueils pour que leur âme puisse circuler librement après la disparition de leur enveloppe charnelle.

De la nourriture était déposée, et des concubines étaient enterrées vivantes avec le défunt pour lui assurer un bonheur éternel.

Ces gigantesques tombeaux sont d’ailleurs pour la plupart recouverts de végétation (tumuli).

Si incroyable que cela paraisse, ils n’ont jamais été visités par les archéologues, les autorités chinoises ne souhaitant pas déranger le repos de leurs illustres ancêtres.

Ils conservent donc aujourd’hui encore tous leurs secrets…[Source]

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de