La légende du Wendigo, la créature mystérieuse

Le wendigo est une créature surnaturelle, maléfique et anthropophage, issue de la mythologie des Amérindiens algonquiens du Canada, qui s’est étendue à tout le folklore d’Amérique du Nord. La légende du Wendigo est partagée par plusieurs nations amérindiennes et peut désigner la transformation physique d’un humain après la consommation de viande humaine comme une possession spirituelle.

Le wendigo a renforcé le tabou autour de la pratique du cannibalisme chez certains peuples

La légende du Wendigo

Les wendigo vivent dans les profondeurs de la forêt et apparaissent dans des contes où le surnaturel côtoie des choses inhumaines et atroces. Parmi les histoires qui circulent, ils sont solidement ancrés dans les légendes amérindiennes où ils tiennent une place importante.

De nombreux lieux et lacs portent ce nom et de nombreuses œuvres modernes s’en inspirent dans la littérature comme au cinéma, bien que ces wendigo puissent avoir des caractéristiques différentes de ceux des légendes originelles.

Wendigo until-dawn
La représentation d’un Wendigo dans le jeu vidéo “Until Dawn”

A quoi ressemble le Wendigo ?

Le Wendigo était émacié à un point extrême, sa peau desséchée tirée et tendue sur ses os. Avec ses os poussant contre sa peau, elle-même de la couleur des cendres grises de la mort, et ses yeux repoussés au plus profond de leurs orbites, le Wendigo ressemblait à un squelette récemment déterré de sa tombe.

Ses lèvres, étaient en lambeaux […] souillé de sang et de souffrance et de suppurations de la chair, le Wendigo dégageait une odeur étrange et inquiétante de dégradation et de décomposition, de mort et de corruption.

Le wendigo est associé aux pêchés de gourmandise, de cupidité ou d’excès en tout genre. Il n’est jamais satisfait après avoir tué une personne pour la dévorer, et se met constamment à la recherche de nouvelles victimes.

Dans certaines traditions, l’homme qui est dominé par la cupidité pourrait se transformer en wendigo, le mythe devenant ainsi une façon de prôner la coopération et la modération.

Parmi les objibwé, les cris de l’Est et les innus, les wendigo sont décrits comme des géants plusieurs fois plus grands que les êtres humains, une caractéristique absente du mythe algonquin dans les autres cultures. Chaque fois qu’un wendigo mange une autre personne, il grossit en proportion de ce qu’il vient d’avaler et ressent à nouveau la faim, de sorte qu’il n’est jamais rassasié, les Wendigo sont donc constamment à la fois gavés et en état de famine.

Les représentations du Wendigo

En général, le wendigo est associé à l’hiver, lorsque la nourriture se fait rare et que les hommes sont poussés au cannibalisme en cas de grande famine ou de disette. La plupart des contes indiquent que le wendigo fait son apparition lors de la montée des vents froids, poussant des cris perçants et de terribles hurlements.

Certains prétendent même que le wendigo est fait de glace et de froid, tout au moins son coeur. Bien que la plupart des contes présentent le wendigo comme étant cannibale, dangereux et violent, l’hôte peut encore essayer de vivre loin de la civilisation, au plus profond des bois, pour empêcher quiconque d’être sa prochaine victime.

Quelques personnes habitées par le wendigo se suicideraient même pour éviter de blesser quelqu’un.

Wendigo monster
Le terrible monstre Wendigo

Certains contes mentionnent aussi le wendigo comme un géant de glace squelettique (ou un géant squelettique au cœur de glace) ou comme une bête monstrueuse mi-homme mi-animale, proche du loup-garou, ou encore un grand hominidé, proche du Sasquatch.

Il peut aussi être un esprit mauvais qui hante la plupart du temps les bois subarctiques à la recherche d’un hôte pour l’aider à satisfaire son envie physique de chair humaine. La créature est caractérisée par son extrême cruauté envers ses victimes et son gout immodéré pour la chair humaine.

Il peut aussi prendre « une forme d’ombre », mais toutes ces formes ont en commun un cœur de glace (particulièrement visible lorsqu’il est sous forme de squelette) : sa partie humaine aurait naguère eu le coeur brisé par un humain et c’est pourquoi il serait gelé à tout jamais.

Une version Sioux le décrit comme un esprit malfaisant qui déchiquette et dévore tout ce qui vit. Son haleine répand des maladies et il se transforme parfois en ouragan.

Il semble être nocturne, parce qu’on dit de lui qu’il cherche ses victimes pendant l’aube et les dévore dans l’obscurité. La chair pourrait être son principale régime, mais on dit aussi qu’il mange le bois, les mousses de marais et parfois des champignons putréfiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*