En 1991, deux randonneurs trébuchent sur l’une des plus remarquables découvertes de l’histoire de l’archéologie : le corps parfaitement préservé d’un homme vieux de 5000 ans.

L’étude de ses organes internes, de ses vêtements et de son équipement a permis de répondre à plusieurs questions.

Josh Bernstein parcourt les Alpes, près de la frontière austro-italienne, pour découvrir les derniers secrets révélés par cet homme de glace, qui bouleverse l’image qu’on avait du Néolithique.

La momie a été découverte sur un glacier de l’Ötztal (ce qui donnera le nom de la momie : Ötzi), à la frontière entre l’Autriche et l’Italie en 1991, mais de nouveaux détails à son sujet surgissent encore 25 ans plus tard. Suite à sa découverte dans les montagnes, elle a d’abord été prise pour la dépouille d’un alpiniste, mais après analyses, les chercheurs ont pu constater que le corps datait en fait de l’âge du cuivre et avait plus de 5300 ans. Le fait d’avoir été conservé dans un glacier a permis au corps de rester pratiquement intact.

C’est ainsi que la science moderne a permis de retracer avec une étonnante précision les derniers instants de ce petit homme de 45 ans mesurant 1,60 m pour 43 kilos, abattu d’une flèche dans le dos alors qu’il arpentait les sentiers alpins.

Or il s’avère que la mère d’Ötzi appartenait à une population peu nombreuse et close, complètement disparue à notre époque, lit-on dans le magazine Scientific Report. Cette population n’a jamais quitté les montagnes et ne se mélangeait pas avec les autres habitants d’Europe centrale.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de