La planète sœur de la terre reste une énigme. Les températures à la surface de Vénus dépassent les 500° C et l’air est saturé en oxyde de carbone. Comment deux planètes si proches en taille et de composition similaires peuvent-elles être si différentes ? Venus n’a toujours pas livré tous ses secrets. Une armée de scientifiques et d’astronomes tentent de comprendre pourquoi Vénus est à la fois si différente et si proche de la planète terre.

Elle possède un champ magnétique très faible et n’a aucun satellite naturel. Elle est, avec Uranus, l’une des deux seules planètes du Système solaire dont la rotation est rétrograde, et la seule ayant une période de rotation (243 jours) supérieure à sa période de révolution.

Vénus présente en outre la particularité d’être quasiment sphérique son aplatissement peut être considéré comme nul et de parcourir l’orbite la plus circulaire des planètes du Système solaire

Vénus est presque aussi grande que la Terre son diamètre représente 95 % de celui de notre planète et a une masse équivalente aux quatre cinquièmes de celle de la Terre. Sa surface est dissimulée sous d’épaisses couches de nuages très réfléchissants.

L’atmosphère de Vénus est près de cent fois plus massive que celle de la Terre et possède une dynamique propre, indépendante de la planète elle-même, avec une super-rotation dans le sens rétrograde en quatre jours terrestres, ce qui correspond à une vitesse linéaire au sommet des nuages d’environ 100 m/s (360 km/h) par rapport au sol.

Compte tenu de sa composition et de sa structure, cette atmosphère génère un très puissant effet de serre à l’origine des températures les plus élevées mesurées à la surface d’une planète du Système solaire : près de 740 K (environ 465 °C) en moyenne à la surface supérieures à celles de Mercure, pourtant plus proche encore du Soleil, où les températures culminent à 700 K (environ 425 °C) et ceci bien que l’atmosphère ne laisse passer que le quart de l’énergie solaire incidente.

Vénus est souvent décrite comme une « sœur jumelle » de la Terre en raison de ses caractéristiques globales très proches de celles de notre planète : son diamètre vaut 95 % de celui de la Terre, et sa masse un peu plus de 80 %.

Néanmoins, si sa géologie est sans doute proche de celle de la Terre, les conditions qui règnent à sa surface diffèrent radicalement des conditions terrestres, et les phénomènes géologiques affectant la croûte vénusienne semblent également spécifiques à cette planète.

L’atmosphère de Vénus est extrêmement dense. Elle se compose majoritairement de dioxyde de carbone (CO2) et d’une faible quantité d’azote.

Cette atmosphère est occupée par d’épais nuages de dioxyde de soufre. Ce mélange crée le plus fort effet de serre du Système solaire, permettant d’atteindre des températures de surface tournant autour des 460 °C. La température de surface de Vénus est supérieure à celle de Mercure (420 °C), bien que Vénus se situe à près de deux fois la distance Mercure-Soleil et ne reçoive donc qu’environ 25 % de l’irradiance solaire de Mercure.

Il n’y a que très peu d’ozone présent dans l’atmosphère vénusienne et donc aucune stratosphère.

Vénus ayant un aplatissement nul, les altitudes y sont définies par rapport au rayon moyen volumétrique de la planète, qui vaut 6 051,84 km. C’est une planète au relief assez peu accidenté : les quatre cinquièmes de sa surface sont recouverts de plaines volcaniques à faible pente. La surface vénusienne est principalement occupée à hauteur de 70 % par de vastes plaines sans grand relief.

L’exploration de Vénus à l’aide de sondes spatiales a débuté au début des années 1960. Une vingtaine d’entre elles ont depuis visité la planète, que ce soit pour de simples survols, pour des séjours plus longs en orbite autour de Vénus, ou encore pour larguer des modules d’observation dans l’atmosphère et à la surface de Vénus.

On l’appelle souvent, improprement car il s’agit d’une planète, l’« étoile du berger » car elle peut être facilement visible dans le ciel du matin, avant le lever du Soleil ou dans le ciel du soir, après le coucher de notre étoile. Moins fréquemment, on parle de la « planète ardente » à cause de la température élevée qui règne à sa surface.

Vénus est associée à vendredi parmi les jours de la semaine.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de