Le château de Fougeret est-il hanté ?

Le surnaturel est-il soluble dans le capitalisme ? Inscrit au patrimoine en 2010, niché au fond d’un vaste parc, le château de Fougeret, dans la Vienne, prouve que l’on peut être hanté et résolument moderne.

Bâti au XIV° siècle sur une falaise dominant la vallée, l’édifice est passé entre les mains de nombreuses familles proches de la royauté puis d’un certain nombre de riches bourgeois avant d’échoir, en 2009, à un couple de restaurateurs amateurs de vieilles pierres, bien décidé à le restaurer.

Le château de Fougeret
Le château de Fougeret

On ignore si la famille Geffroy avait prévu de couler des jours tranquilles sous les ombrages du Poitou. On ne sait pas trop non plus, à vrai dire, si l’agent immobilier a songé à mentionner, au moment d’encaisser le chèque de 520.000€, que l’endroit était déjà habité par une dizaines d’âmes en peine, celle des anciens occupants des lieux.

Toujours est-il que ces derniers (malades, suicidés et autres neurasthéniques) n’ont pas tardé à manifester leur présence. Silhouettes évanescentes, bruits de pas, odeurs persistantes, meubles déplacés et même manifestations physiques : la totale, pourrait-on dire.

Fougeret sous exposition médiatique

Ébranles mais pragmatiques, les Geffroy, qui ont vite compris que le château serait difficile à revendre, n’ont pas tardé à convoquer les médias. Plusieurs équipes de télévision nationale et des journalistes de la presse viennent ainsi s’installer entre les murs de Fougeret. Leurs conclusions ne sont pas très rassurantes : le mystère reste entier. “N’allez pas à la cave, recommande une médium interrogé par une reporter un peu nerveuse. C’est là que le mal est tapi”.

Dans la foulée de cette exposition médiatique, Fougeret attire bien vite l’attention de spirites et autres amateurs de sensations fortes. Mais les Geffroy veillent au grain. Les médiums, ce sont eux qui les choisissent, pas question de laisser le champ libre à des amateurs.

Quant aux simples touristes, ils sont les bienvenus pendant la saison chaude, moyennant un droit de passage. Le site du château, fonctionnel et assorti de vidéos assez suggestives, joue cartes sur table : “Nos nuitées sont particulières et ne rentrent absolument pas dans le cadre ordinaire des chambres d’hôtes. Nous recevons des gens qui ont le goût de l’expérience et de l’immersion”. Autrement dit : si le fantôme d’Alice, 22 ans, morte dans les années 1930 d’une infection rénale qui s’est déjà transmise à plusieurs visiteurs, vous empêche de dormir, la question n’est pas de savoir si vous serez remboursés, mais à combien s’élèvera le pourboire que vous aurez l’obligeance de laisser.

Fougeret en photos

Histoire Château Fougeret

Château Fougeret

Château Fougeret

Château Fougeret

Conclusion

Aujourd’hui, le château de Fougeret fait office de maison d’hôtes, réservée aux personnes n’ayant pas peur de vivre une nuit avec les âmes errantes du lieu.

Et compte tenu de leur horaire surchargé (facilement réservé un an à l’avance), il reste évident que la recette fonctionne. Donc maison hantée ou orchestration à vocation touristique, nous vous laissons juger par vous-même, si vous osez…

2
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
moi
Invité
moi

c’est du bidon de chez bidonné j’y suis allée

entité
Invité
entité

ah bon j’y suis allé et pas bidonné du tout…