Marcher sur Mars a toujours été un rêve. Après la conquête de la Lune, celle de Mars devient un enjeu majeur des Etats-Unis. L’espace représente une interface essentielle dans les relations internationales, y compris dans une éventuelle guerre moderne.

L’exploration de Mars a déjà été engagée à la fin des années 90. La NASA lance en 1996 le premier robot sur Mars (c’est la mission Pathfinder), et en 1999, une sonde qui cartographie la planète. Ces appareils font état d’une planète chaude et humide, mais qui ne présente pas d’eau à l’état liquide. A l’aube du 21ème siècle, trois missions ont été menées dans le but de mieux connaître Mars : des sondes en orbite et des robots ont révélé que de l’eau liquide avait existé à la surface de Mars.

Le projet “Mars Direct”

Ce projet a été lancé par la NASA dans le but d’envoyer un équipage humain sur Mars. L’ingénieur Robert Zubrin propose d’envoyer tout d’abord un module automatique destiné à produire les différents éléments nécessaires à la vie humaine sur la planète rouge, et au retour de l’équipage sur Terre. Une unité d’habitat sur Mars y serait ensuite envoyée (6 mois de voyage avec escale sur la Lune) avec un équipage de 4 à 6 personnes.

Ce projet est représentatif de la superpuissance américaine. Le montant de cette mission est de 30 à 35 milliards de dollars. Un projet de cette envergure nécessite des technologies de pointe, découvertes à ce jour, mais maitrisées uniquement par les Etats-Unis. Ils bénéficient d’une industrie efficace qui produit à moindre coût des technologies avancées. R Zubrin propose que cette entreprise soit menée non pas par la NASA, agence gouvernementale, mais par des industries privées.

Les grands groupes américains sont très dynamiques et prêts à investir beaucoup dans ce genre de projet. Un super prix de 20 milliards de dollars serait versé à l’organisme privé qui réussirait l’atterrissage sur Mars d’un équipage en le ramenant vivant après la mission.

 

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de