La fin des mondes

Il y a près de 14 milliards d’années, l’univers entre dans une violente expansion : le big-bang. Le temps, l’espace, la matière et l’énergie surgissent du néant. Les premières particules s’organisent, elles donnent naissance aux étoiles et aux planètes. Des astres qui se regroupent en dizaine de milliards de galaxies.

Au sein de ce déchainement primordial, une petite sphère de 12.000 kilomètres de diamètre voit le jour : la Terre. Elle tourne à 150 millions de kilomètres de son étoile, juste la bonne distance pour qu’il ne fasse ni trop chaud, ni trop froid. Ici la vie trouve des conditions favorables pour se développer. En 4 milliards d’années, les océans, les terres et le ciel ont été colonisés. L’homme apparait il y a seulement quelques millions d’années, et aujourd’hui nous sommes plus de 7 milliards.

Nous restons cependant vulnérable, et un terrible phénomène pourrait nous anéantir à jamais.

Fin des mondes

Selon Stephen Hawking, la fin du monde pourrait survenir en 2600

Stephen Hawking, le physicien notoire, vient de faire une prédiction assez inquiétante. Il a affirmé que l’homme disparaîtra de la surface de la Terre dans moins de six cents ans. La race humaine devrait alors envisager des solutions lui permettant de survivre. Une alternative consisterait à fonder des colonies humaines ailleurs que sur Terre. L’objectif serait d’augmenter les chances de pouvoir assister au prochain millénaire.

C’est un fait, la Terre est de plus en plus surpeuplée. Or, cette démographie galopante est en corrélation avec la croissance de la consommation mondiale en énergie. Par conséquent, à ce rythme, cette demande va se décupler jusqu’à un stade où la pollution engendrerait l’inévitable fin du monde.

 

Une session d’intervention a été accordée au professeur Hawking lors du sommet Tencent WE de Beijing. D’après son hypothèse, la planète pourrait potentiellement se transformer dans quelques siècles en une gigantesque boule de feu.

Stephen Hawking
Stephen Hawking

Vivre sur une nouvelle planète

Au cours de son speech, le professeur a invité des personnalités potentielles à investir dans un projet d’expédition spatiale. Son projet est d’atteindre l’étoile la plus proche de notre soleil. Ensuite, l’objectif serait d’y trouver une nouvelle planète en orbite sur laquelle les conditions seraient favorables à la vie humaine.

Nombre de scientifiques s’accrochent à l’hypothèse de l’existence d’une planète vivable hors de notre système solaire. L’un des systèmes stellaires en vue serait Alpha Centauri.

Il se situe à seulement 4,3 années-lumière de la Terre et des observations récentes ont révélé qu’il serait plus complexe que prévu.

Une telle découverte représenterait une lueur d’espoir pouvant permettre à l’humanité de se perpétuer.

Vivre sur une autre planète
Vivre sur une autre planète sera t-il LA solution ?

Voyager à la vitesse de la lumière

Une entreprise du nom de Breakthrough Starshot envisage déjà d’envoyer un vaisseau vers Alpha Centauri. Une fusée qui voyagerait à la vitesse de la lumière est en cours de construction. Avec le soutien de Hawking, le projet serait opérationnel d’ici vingt ans.

Grâce à un tel système de déplacement, le voyage vers Mars ne durerait qu’une heure tout au plus. Alpha Centauri serait atteint dans environ vingt ans.  Si tout se passe bien, le monde sera témoin de l’arrivée de la sonde au sein du système solaire prévu dans une quarantaine d’années.

Il y avait un temps où le directeur de Breakthrough était à la tête du centre de recherche de la NASA. Lors du sommet, il a annoncé que bientôt « nous aurons notre première image d’une autre planète qui pourrait être en vie en orbite autour de l’étoile la plus proche ».

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de