Gilles de Rais, un monstre ou une victime ?

Qui était au juste Gilles de Rais, un monstre tueur d’enfants ou la victime d’une erreur judiciaire ?

Gilles de Rais, de son vrai nom, Gilles de Montmorency-Laval, est né à la fin de l’année 1404. C’est un seigneur de Bretagne qui a été fait maréchal de France à 25 ans et qui a combattu auprès de Jeanne d’Arc la pucelle.

Mais il est surtout connu pour ses crimes atroces: on raconte qu’il aurait violé et assassiné dans des circonstances abominables plus de 140 enfants. Il a été jugé coupable de ces forfaits et pendu le 26 octobre 1440 avant d’être mis sur un bûcher. Mais en 1992, après une longue enquête, le Sénat l’a entièrement disculpé de toutes ces atrocités.

Alors Gilles de Rais: meurtrier sanguinaire ou victime d’une machination politique ?

Gilles de Rais

Gilles de Rais, un homme traumatisé par son enfance

Derrière le portail d’un château fort, se cache les secrets de celui que l’on nomme Barbe Bleue. Issu de très grandes familles de France, les Montmorency-Laval et les Craon, le père de Gilles de Rais possède une cinquantaine de châteaux.

Gilles de Rais ou encore Barbe Bleue est issu d’une riche famille. Il est l’aîné de la famille et comme la tradition l’exige, il doit s’engager pour être chevalier. À 11 ans seulement, Gilles perd son père dans un accident de chasse et sa mère disparait subitement, ce qui le laisse tout seul avec toute la fortune et son grand-père qui se charge de son éducation.

C’est un grand choc pour Gilles de Rais et dorénavant son grand-père Jean de Craon, un homme inquiétant, assure son éducation jusqu’à sa majorité. À 15 ans il épouse Catherine de Thouars mais il garde une âme de guerrier, pas étonnant pour ce jeune seigneur qui a grandi au milieu des hommes d’armes.

Il devient un grand seigneur et possède même sa propre armée qui aide le roi de France Charles VII pendant la guerre de Cent Ans et devient compagnon de Jeanne d’Arc. Il perd petit à petit sa fortune et commence à vendre des propriétés. Pris par le désespoir, il reprend ses biens par la force.

Lorsque son affaire est portée devant la justice, il se trouve qu’il est également mêlé à d’autres affaires notamment l’enlèvement et l’assassinat d’enfants. Gilles de Rais est condamné à être pendu et à avoir son cadavre brûlé, mais il se repentit et obtient une libération pour réintégrer l’église.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*