La Flakka, la drogue qui transforme en zombie

Regards hagards, comportements irrationnels ou effrayants, semblables à des zombies : plusieurs vidéos montrant des consommateurs d’une drogue chimique ont envahi les réseaux sociaux ces derniers jours.

Des images montrant des consommateurs d’une drogue connue sous le nom de “flakka” (mais aussi sous les appellations “Cloud nine” ou “sels de bain”) sont, en ce début octobre, massivement relayées sur les réseaux sociaux.

Une femme aux yeux révulsés qui ne semble plus en mesure contrôler ses mouvements à l’arrière d’un pick-up, un jeune homme qui peine à tenir debout et qui envoie de grands coups de tête dans le pare-brise d’un autobus : les vidéos, tournées au Brésil, sont choquantes.

La flakka, une drogue psychostimulante

La flakka n’est pas nouvelle. Depuis une demi-douzaine d’années, elle transforme les gens en zombies avec des comportements rappelant étrangement la série “The Walking Dead”. Un cas de cannibalisme lié à son utilisation a ainsi été enregistré aux Etats-Unis l’été dernier.

La consommation de flakka – particulièrement addictive – provoque des problèmes cardiaques, génère une forte agressivité et une paranoïa qui peuvent dégénérer en psychose.

Si cette drogue de synthèse en poudre bon marché est aujourd’hui fabriquée en Chine, la molécule psychostimulante de la méthylènedioxypyrovalérone (MDPV) aurait été créée dans les années 1960 par un groupe pharmaceutique allemand.

Drogue zombie flakka brésil

Parallèle avec la “chimique”, en vogue à Mayotte

Le comportement des consommateurs de flakka n’est pas sans rappeler le cas de la “chimique”, un cannabis de synthèse, qui a envahi Mayotte au début de l’année 2017.

Des hospitalisations liées à ce cannabinoïde avaient également été signalées en Europe, dans les villes de Manchester et de Bruxelles, à la même période.

Cette drogue rend-elle réellement cannibale ?

De nombreux médias l’affirment, et d’autres prétendent le contraire. En effet, ces dernières années, de nombreuses histoires de cannibalisme ont été relatées dans les médias, notamment au Brésil et aux États-Unis. Ces faits divers racontaient tous la même chose : ces personnes avaient pris des sels de bain. Mais quelque temps plus tard, des analyses ont révélé qu’il n’y avait aucun lien :

  • En octobre 2016, un étudiant de 19 ans tue un couple âgé. La police le trouve en train de manger le visage de l’homme, et pense qu’il est sous l’emprise de «Flakka». Les médias tentent de faire le buzz avec une pareille affaire, mais les analyses toxicologiques prouvent qu’il n’y avait aucune trace de cette drogue.
  • En mai 2014, la police tue un homme qui avait mordu une partie du visage d’un adolescent. Les forces de l’ordre et les médias pensent à nouveau qu’il s’agit de sels de bain. Mais les examens prouvent qu’il n’avait consommé aucune drogue.
  • En mai 2012, un homme mange le visage d’un autre. Il se fait tuer par la police qui était incapable de l’approcher sans danger. Là aussi, aucune trace de drogue dans le sang de cet homme.
Zombie Walking Dead
Un zombie dans la série “The Walking Dead”

Si des analyses ont pu prouver que certaines rumeurs sur des consommateurs de drogue transformés en zombies cannibales étaient fausses, ces actes étranges de cannibalisme ne sont pas non plus expliqués. Toutefois, le «Flakka» n’en demeure pas moins une drogue très dangereuse. Si elle est largement consommée par les plus démunis (à cause de son bas prix), beaucoup de jeunes ont consommé du «Flakka» sans le savoir, pensant avoir acheté du «Molly» (un autre nom pour la MDMA).

Source : ledauphineladepeche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*