La face cachée d’Hiroshima

La catastrophe de Fukushima éclaire d’un jour nouveau l’histoire du nucléaire : le Japon a été deux fois victime de l’atome, à 66 ans d’intervalle. Le 6 août 1945 : la première bombe atomique de l’Histoire détruit une ville entière en quelques secondes. Avec la bombe au plutonium lâchée sur Nagasaki 3 jours plus tard, l’humanité entre dans l’ère nucléaire.

L’histoire officielle, écrite après-guerre par les autorités américaines, est celle du “Mal nécessaire” : il fallait utiliser la bombe pour terminer la guerre. Mais derrière la version des manuels scolaires et des films de propagande se cache une autre histoire.

Nuclear bomb Hiroshima
Spectacle de désolation après l’explosion de la bombe atomique à Hiroshima.

La Face cachée de Hiroshima revient sous un angle inédit sur les premières explosions atomiques de l’Histoire de l’humanité, Hiroshima et Nagasaki. Il propose une immersion historique saisissante depuis les coulisses du Projet Manhattan jusqu’aux recherches secrètes menées au Japon, pendant plusieurs décennies, sur les effets de l’irradiation.

Le fil conducteur est l’histoire fascinante des scientifiques qui ont conçu la bombe nucléaire dans le plus grand secret, en concluant un pacte avec les militaires et les industriels, une relation qui va mener le monde au feu atomique. Ce film d’investigation raconte l’entrée du monde dans l’ère nucléaire en se basant sur une collection unique d’archives américaines et japonaises.

En 1944, les Américains apprennent que le projet nucléaire nazi a été abandonné depuis deux ans. La destruction d’Hiroshima devient alors, et c’est la thèse principale du film, “une nécessité” pour justifier les dépenses auprès du Congrès et “exposer au monde la surpuissance de l’arsenal américain”.

Les 6 août et 9 août 1945, les villes d’Hiroshima et de Nagasaki sont rayées de la carte, faisant 220 000 morts. Le gouvernement assure au Congrès et à la population que le recours à la bombe A était un “mal nécessaire” qui a permis de sauver un million de soldats américains sans produire de rejet toxique durable. L’industrie nucléaire est lancée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*