Amityville, la maison du Diable

L’affaire d’Amityville est un ensemble d’événements survenus entre 1974 et 1976 et ayant pour théâtre une demeure située au 112 Ocean Avenue, dans la ville côtière d’Amityville, sur Long Island, au nord de New York.

Dans la nuit du mardi 12 au mercredi 13 novembre 1974, Ronald Junior, fils aîné de la famille DeFoe, y assassina au fusil ses parents et ses frères et sœurs pendant leur sommeil.

Suite au rachat de la maison en 1975 par une autre famille, les Lutz, le lieu et son histoire tragique furent l’objet de nombreuses spéculations et assertions d’ordre paranormal (quant à des phénomènes de hantise, de possession démoniaque).

Présentation de la famille DeFoe

Les parents

  • Ronald DeFeo Sr aime beaucoup ses enfants et les a élevé avec conseils et amour. En général, Ronald DeFeo Sr. était un bon homme qui aimait sa famille et sa vie. Le jour de sa mort, M. DeFeo devait aller au travail et porter son fils, Mark, qui avait une blessure de football chez le docteur.
  • Louise DeFeo est la fille de Michael Brigante.  Il n’y a pas beaucoup d’informations au sujet de Mme Defeo dans les livres. Ronald DeFeo Jr. a accusé sa mère d’être infidèle à M. DeFeo, mais cette affirmation n’aurait pas de fondement réellement connu.

…et les 5 enfants

  • Ronald DeFeo Jr était un élève médiocre et il arrêta ses études à l’âge de 16 ans et commença à enchainer les petits boulots sans grande motivation jusqu’à ce que son père le fasse rentrer comme mécanicien dans la concession où il travaillait. Ronald Jr connaissait une vie facile et pourtant, il se montrait souvent maussade, refermé, et très rapidement il se mit à prendre de la drogue. Pour satisfaire ses nouveaux besoins, Ronald Jr n’hésitait pas à voler, même sa propre famille. En 1973, alors âgé de 22 ans, le jeune homme assista à une querelle entre ses parents au cours de laquelle il braqua un revolver sur son père mais, fort heureusement, l’arme s’enraya.
  • Allison DeFeo était une fille tranquille. Chaque fois que Ronald DeFeo Jr. élevait la voix dans la maison, elle fermait sa porte de chambre pour bloquer le son des discussions que Ronald Sr. et Ronald Jr. avaient.
    Elle passait son été dans la piscine avec ses amis. Elle était âgée de 13 ans lors de son assassinat.
  • Dawn DeFeo avait 18 ans lorsqu’elle fût assassinée. Il semblerait qu’elle et son frère, Ronald Jr., avaient des rapports incestueux depuis leur arrivée dans la maison d’Amityville.
    Ils étaient également complices dans plusieurs domaines, ce qui auraient pu apporter de graves problèmes à Dawn. Par exemple, un jour, elle fournit un échantillon de son urine à Ronald alors que celui-ci devait passer un test de dépistage de drogues, car à cette époque, celui-ci était accroc à l’héroïne.
    Elle alla souvent voir un prêtre afin de se confesser des “choses malsaines” auxquelles elle et son frère s’adonnaient. Dans une de ses versions, Ronald Defeo à déclaré que Dawn l’avait aidé à tuer les membres de sa famille la nuit du 13 novembre 1974, mais faute de preuves et de clarté des faits, cette version fut rejetée par la Cour Suprême des États-Unis.
  • John DeFeo avait sept ans lors de son décès. Suite aux événements du 13 novembre 1974, John Matthew fut décrit comme étant “un gentil petit garçon”, par les quelques amies d’Allison.
    Pourtant, depuis que la famille s’était installée dans leur demeure de Long Island, John Matthew et Mark se querellaient et se battaient sans cesse, et ce quotidiennement.
    Tout acte de violence semblait attirer l’attention des deux gamins. Le jour avant le meurtre des Defeo, John Matthew et Mark regardaient secrètement leur père se disputer violemment avec leur frère aîné, Ronald Jr., au sous-sol.
    Ils furent surpris par celui-ci qui remontait en vitesse, une lèvre couverte de sang. John Matthew avait 7 ans lors de son décès.
  • Mark DeFeo a du se rendre chez le médecin le jour du meurtre suite à un accident de football survenu à l’école. L’accident fut assez grave car on décida de lui plâtrer les deux jambes et il devait maintenant se déplacer en fauteuil roulant pour une période indéterminée.
    Alors même si Mark aurait voulu prendre la fuite, la nuit des meurtres, il en aurait été incapable, étant cloué à son lit. Il était âgé de 12 ans quand il rendit l’âme.
Defeo family Amityville
Les enfants de la famille Defeo, avec au premier plan Dawn (à gauche) et Ronald Jr (à droite)

Avant la nuit tragique où s’est terminé leurs vies, les DeFeo étaient des gens normaux qui aimaient la vie. Les membres de la famille DeFeo étaient Ronald Sr., Louise, Ronald Jr., Poignez, Allison, Mark et John Matthew. Ronald DeFeo Jr., le seul survivant, a été accusé de six condamnations à perpétuité dans la Prison de Greenhaven.

Ils habitaient au 112 Océan Ave. (Actuellement, le nom de la rue et l’adresse ont été changé). Les DeFeo vivaient dans un appartement dans Brooklyn, proche d’où M. DeFeo travaillait.

La maison d’Amityville, maison du Diable

House amityville
La maison d’Amityville, aussi appelée “La maison du Diable”

Ils étaient enchantés de leur nouvelle vie depuis qu’ils avaient déménagé à Amityville, surtout pour la maison, car ils avaient maintenant 2 demis étages. Comme un emblème de leur nouvelle vie, un signe a été ajouté au jardin devant la maison où il est inscris, “HAUTS ESPOIRS” (traduction mot à mot).
En 1965 Ronald et Louise DeFeo achetèrent une grande bâtisse de style colonial à Amityville, aux Etats-Unis, et s’y installèrent avec leur cinq enfants: Ronald Jr, 23 ans, Dawn, 18 ans, Allison, 13 ans, Mark, 12 ans, et John, 9 ans.

La maison, qui s’élevait sur deux étages, avait été construite en 1928 et elle avait servi d’asile aux malades mentaux et aux mourants, qui logeaient alors dans une annexe. Ils l’appelèrent High Hopes (Grands Espoirs). Ronald DeFeo Sr travaillait comme directeur général d’une concession Buick à Brooklyn et Louise était mère au foyer.

Le massacre de toute une famille

Massacre d'Amityville
Mercredi 13 Novembre 1974 vers 3 h du matin, Ronald DeFeo Junior finit d’écouter un film appelé Castle Keep.
Il prend son fusil 35 mm et assassine son père, sa mère, ses deux frères et deux soeurs pendant qu’ils dorment dans leurs lits.

Certains sont tués dans leur sommeil, d’autres auront le temps de se réveiller avant leur assassinat.

  • Ronald Sr reçoit 2 balles dans le dos. Entrées par le cou, elles traversent ses reins et sa colonne vertébrale. Le médecin légiste indique que la victime a essayé de se déplacer vers le haut avant de mourir. Il a été vivant de quelques secondes à quelques minutes avant de succomber à ses blessures.
  • Louise reçoit elle aussi 2 balles : une entre et sort par son poignet gauche. La 2ème détruit son poumon, son diaphragme, sa cage thoracique et son foie. Elle se dirige vers la porte et meurt 10 minutes après la fusillade.
  • Mark et John reçoivent des tirs à bout portant (moins de 2 pouces). Les balles pénètrent le coeur, les poumons, le diaphragme et le foie de chaque victime. La moelle épinière de John est touchée sévèrement.
  • Allison est réveillée et a le temps de voir la muselière du pistolet avant qu’il reçoivent la balle en plein tête. La balle est sortie, a frappé le mur et a rebondi par terre.
  • Dawn à reçu une balle à bout portant également (moins de 3 pouces) dans le bas de son cou. La balle est sortie par l’oreille gauche.

L’enquête amityville

La police croit que les voisins n’ont rien entendu car la maison agissait comme un château fort et aurait assourdie le son.
La maison a été construite en 1928, ce qui justifie très bien cette thèse. De plus, le chien DeFeo aboyait bruyamment pendant tout le temps des meurtres.

Les DeFeos croyaient très probablement que Ronald DeFeo Jr regardait encore Castle Keep.
Castle Keep est une émission extrêmement violente et remplie de tirs bruyants. DeFeo Jr. écoutait la télévision très fort, ce qui pourrait expliquer pourquoi les enfants ne se sont pas réveillés. M. et Mme DeFeo ont été les premiers à être assassinés et les enfants n’avaient aucune raison d’être alarmés parce qu’ils dormaient dans leur maison, dans leurs lits.

Les autopsies ont révélé que les DeFeos n’ont pas été drogués au dîner et il a été prouvé que Mme DeFeo et Allison se sont réveillées. Ronald DeFeo Jr. avait dit pendant son interrogatoire que Dawn s’était réveillée et lui a demandé quel était le problème. Il lui a dit de se recoucher, ce qu’elle a fait, et c’est alors qu’il l’a abattue.
Il est dur de dire si ce qu’il raconte est vrai car il a créé beaucoup de versions différentes des meurtres pendant l’interrogatoire de la police.

La recherche d’éléments paranormaux

A la demande de l’avocat de la défense, William Weber, une enquête a lieu dans la maison afin d’y trouver une quelconque puissance capable d’avoir influencé le meurtrier. Sans doute renseigné par des spécialistes en parapsychologie, il soupçonne l’existence de champs électromagnétiques dus à des vices de forme ou à des forces telluriques avoisinantes susceptibles de saturer l’environnement en ondes nuisibles à l’équilibre des cellules et à la santé mentale de son client.

Cette thèse du champ parapsychologique est avancée par un certain Hans Holzer pour justifier pourquoi aucun des membres de la famille DeFeo n’a été alerté par les coups de feu.
Il inhibe les sons et affecte la perception du bruit. Mais de là à entendre des voix d’outre-tombe…

L’affaire est classée par les scientifiques qui refusent d’y voir autre chose qu’une folie meurtrière.

Les nouveaux propriétaires

Malgré le passé macabre de la grande demeure, une nouvelle famille, Les Lutz, y emménagent le 18 décembre 1975. George Lutz, 28 ans, propriétaire d’une compagnie de géomètres qui bat de l’aile, visite la propriété avec sa femme Kathleen.

Ils viennent de se marier et ont 3 enfants d’un premier mariage. Ils croient avoir trouvé la maison de leurs rêves et s’en portent acquéreurs.

Les premiers événements étranges

Une de leurs premières actions est de demander à un prêtre, le Père Ralph Pecoraro, de venir bénir la maison.
Au cours de la bénédiction, le prêtre dit entendre une voix, forte, semblant venir de nulle part, lui disant simplement : Va-t-en!!
À l’arrivée de la famille, la pièce des “croques-morts” était restée intacte et rien n’avait été enlevé de la salle.
Selon les témoignages des Lutz, suivirent ensuite nombre de phénomènes inexpliqués.

La famille constate d’énormes variations de température, la présence de l’odeur écœurante d’un vieux parfum, la formation de taches noires sur les sanitaires et l’apparition de nuées de mouches malgré la saison hivernale.

George Lutz est tiré de son sommeil chaque nuit vers 3h15. Cauchemar ou réminiscence du massacre des DeFeo qui eut lieu à cette heure ?
Enfin, Mélissa, la cadette, évoque à plusieurs reprises de la présence d’une « amie » du nom de Jodie qui se manifeste à elle en lui assurant qu’elle « resterait toujours dans la maison ». Imagination infantile ou expression du démon ?

Le temps fort de ces manifestations reste la découverte dans la cave d’un réduit qui ne figure sur aucun plan. Même le labrador noir Harry refuse d’approcher cette pièce malodorante aux murs peints en rouge…

Un lion de céramique de plus de 1 m de haut se met à bouger tout seul. On trouve des empreintes de sabots fourchus dans la neige tout autour de la maison. Les traces mènent tout droit à la porte du garage qui avait été arrachée de ses gonds, une prouesse qui aurait nécessité, selon Anson, une force au-delà de celle d’un être humain.

Les Lutz arrivèrent rapidement à la conclusion que la maison de leurs rêves était en fait :

un endroit cauchemardesque hanté par des démons maléfiques.

Kathy Lutz est la première à être véritablement terrorisée par les entités qui hantent la maison. Des bras invisibles l’enlacent; des êtres tentent de la posséder. Toute fuite était impossible, écrivait Anson, elle avait l’impression qu’elle allait mourir.
Plus tard, des marques rouges très douloureuses apparurent sur sa peau, comme si elle avait été frappée à coup de tisonnier brûlant.

A la même période, George Lutz vit à son tour des événements étranges. Il entend une fanfare défiler dans la maison, avec le bruit des bottes et le son d’instruments à vent. Il ne voit rien mais retrouva les tables, les fauteuils et le canapé poussés contre les murs du salon, comme pour laisser le passage à la cohorte endiablée.
Par-dessus le marché, les Lutz affirment avoir eut plusieurs fois la visite d’êtres démoniaques. Ces entités se manifestent sous des formes très variées : immense silhouette encapuchonnée de blanc, démon cornu ou encore cochon diabolique avec deux yeux ardents.

Ce qui se passa lors de la dernière nuit dans la maison reste flou; toujours est-il qu’ils s’enfuirent de la maison en pleine nuit, en laissant meubles et biens à l’intérieur…

Photo troublante

Voici une photo qui a été prise par un ami de la famille dans la maison des Lutz après le massacre des Defeo il certifie que la maison était vide.

ghost amityville
Le “fantôme” d’amityville

Epilogue

Depuis lors, la maison est passée entre de nombreuses mains et aucun des propriétaires qui l’ont achetée après les Lutz n’a jamais signalé une quelconque manifestation anormale.

Un grand nombre des phénomènes décrits ont trouvé une explication banale.
De nombreuses contradictions et déformations dans les propres propos de la famille Lutz jette par ailleurs un voile de discrédit sur leur récit.
La ville d’Amityville ne fait aucune publicité sur ce que la population continue de considérer comme un vieux fait divers monté en épingle par une presse avide de sensations.

Amityville n’a jamais fait l’objet de recherches parapsychologiques, et les enquêtes effectuées aboutissent toutes à la fraude ou à la perplexité...

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de